Turquie: la mission de la FEJ exige la libération immédiate des journalistes emprisonnés

Plus de 60 journalistes sont actuellement

en prison en Turquie. Ils doivent être libérés immédiatement !, déclare la

Fédération Européenne des Journalistes (FEJ), alors qu'un procès s'ouvre aujourd'hui

à Istanbul.

Une délégation de la FEJ s'est rendue en mission

en Turquie du 22 au 24 novembre pour assister au procès de 10 journalistes.

Après le procès, qui se tiend le 22 novembre, la délégation rencontrera les

familles des journalistes emprisonnés le 23 novembre et enverra des messages de

solidarité pour les soutenir. La mission se rendra également à Ankara pour

rencontrer des membres du Parlement turc qui font pression sur les autorités

pour la libération immédiate des journalistes emprisonnés.

"Nous exigeons la libération immédiate

de tous les journalistes, dont le maintien en détention a seulement servi à

montrer l'intolérance de la Turquie envers un véritable débat démocratique», a

déclaré Arne König, Président de la FEJ. "Ces journalistes ne sont pas en

prison parce qu'ils sont des terroristes, mais seulement pour avoir fait leur

travail ». Par exemple, Ahmet ?ik et Nedim ?ener

ont déjà été détenus pendant huit mois sur base d'accusations de terrorisme forgées

de toutes pièces, et le procès ne commencera que demain.

Les huit autres journalistes et écrivains, Soner Yalç?n, Bar?? Pehlivan, Bar?? Terko?lu, Müyesser Y?ld?z, Do?an

Yurdakul, Yalç?n Küçük, Sait Çak?r et Co?kun Musluk sont accusés de mettre

leurs reportages et leurs écrits au service d'un présumé complot terroriste

connu sous le nom d'Ergenekon. Ergenekon est le nom donné à une prétendue organisation

clandestine, kémaliste et ultra-nationaliste active en Turquie, avec des liens

possibles au sein de l'armée turque et des forces de sécurité du pays.

"Il sera intéressant de voir si

l'enquête a permis aux procureurs de découvrir toute autre preuve que les

accusations irréfléchies présentées après les interrogatoires des

journalistes", a déclaré Arne König avant l'ouverture des procès.

La Fédération Européenne des Journalistes a

déjà été en correspondance directe avec la plupart des journalistes

emprisonnés, lors d'une campagne de cartes postales lancée en octobre.

La

plate-forme pour la liberté pour les journalistes (GÖP) a invité la

"mission en Turquie" à suivre le procès des 10 journalistes emprisonnés

pour symboliser la solidarité avec tous les journalistes détenus en Turquie. Aux

côtés des représentants de la FEJ et de son syndicat membre, le Türkiye Gazeteciler Sendikas? (TGS - Syndicat

des Journalistes de Turquie), le International

Press Institute (IPI), Reporters sans frontières (RSF) et l'Association

Européenne des Journalistes (AJE), ont rejoint les journalistes et les organisations

de la société civile, dont les syndicats, on participé à une manifestation et à

une conférence de presse en face du tribunal à 9h30, le 22 novembre, avant

l'ouverture du procès (tribunal de Caglayan).

Les personnes suivantes prennent part à la mission:
Arne König et Philippe Leruth, Président et Vice-président de la FEJ, Ramis

K?l?çarslan et Monika Kaba, du DJV et le Président du TGS, Ercan Ipekci; IPI:

Pavol Mudry, Vice-président et Steven Elli, Conseiller pour la liberté de la

presse en Europe et en Amérique du Nord; RSF: Johann Bihr, du Bureau européen

et Turkey Erol Öndero?lu, représentant de l'organisation en Turquie et pour l'AEJ:

Saia Tsaouasidou Vice-présidente et Do?an T?l?ç, Vice-Président en Turquie.

Pour plus d'information sur la campagne de la FEJ pour la libération des

journalistes en Turquie :http://europe.ifj.org/en/pages/turkey-campaign-set-journalists-free

Pour plus d'information, veuillez  contacter la FEJ au + 32 2 235 22 02
La FEJ représente plus de 260.000 journalistes dans 32 pays