Un modèle de formation expérimenté avec succès en RDC

Jean-François Dumont est journaliste, ancien Secrétaire général adjoint de l'Association des journalistes professionnels (AJP) de Belgique. En amont des élections de décembre 2018, il a supervisé des ateliers de formation de journalistes en République démocratique du Congo (RDC). Bilan : des résultats encourageants, dans un pays où la liberté est particulièrement en danger. #WPFD2019

Crédit : François Ryckmans

Pilotés par la FIJ, des ateliers consacrés à la couverture de la campagne électorale en novembre 2018 ont touché 182 rédactions à travers tout le pays. Avec des résultats concrets pour la liberté de la presse et un journalisme de qualité. 

« Un journaliste, directeur de rédaction, a pris le risque de la neutralité pendant la campagne électorale en invitant les candidats de plusieurs bords. Sa chaîne appartenait à un politicien. Le journaliste a perdu son poste avant la proclamation des résultats. »
Ce que rapporte ainsi Darius Kitoka d’un atelier de formation qu’il animait en mars dernier à Bukavu (Sud-Kivu) n’est qu’un des obstacles à la liberté de la presse en République démocratique du Congo (RDC). A la confusion entre organes de propagande et médias agréés contre un bakchich à l’administration s’ajoutent l’absence de rémunération due aux journalistes (même sous contrat d’emploi !), le publi-reportage déguisé en info, l’insécurité des reporters sur le terrain, l’ignorance totale chez certains  d’une déontologie journalistique ou encore la non application des lois.

Un processus inédit

Le journalisme en RDC ne se réduit pas entièrement à cette face sombre du métier. Plusieurs nouveaux médias, notamment des pure players, sont gérés correctement par une nouvelle génération de journalistes entrepreneurs. Mais la profession avait un vif souhait de formation et de débats à l’approche des élections à hauts risques – présidentielles, législatives et provinciale – prévues en RDC pour décembre 2018. Dès l’été dernier, la FIJ a alors élaboré un programme ambitieux : organiser en début de campagne électorale 12 ateliers à Kinshasa et dans les provinces de cet immense pays. Objectif : sensibiliser au respect de la déontologie, bannir le parti-pris haineux, assurer sa sécurité, défendre son indépendance.
Une formation de plus ? Cette fois, un processus original et inédit a été mis sur pied à partir des suggestions de diverses organisations, membres de l’UNPC, l’Union nationale de la presse congolaise. Les spécificités de ce processus peuvent se résumer ainsi :
- les 7 organisations concernées (*) ont décidé de travailler ensemble, réunies dans une « plateforme » informelle.
- Les formations ont été données exclusivement par des Congolais, à partir de « feuilles de route » et propositions de contenu rédigées par la FIJ à la suite d’une première réunion préparatoire, tenue à Kinshasa en juillet 2018.
- Chaque atelier, de deux journées, était encadré par 3 personnes : un formateur  national, un formateur provincial et un organisateur local pour les questions logistiques.
- Les participants à chaque atelier, une quinzaine en général, venaient tous d’un média différent. Le principe était que ces « journalistes référents » transmettent ensuite dans leur rédaction les acquis de l’atelier, et qu’ils y organisent des dispositifs de leur choix pour assurer ce « journalisme de qualité », thème du programme.  
- La coordination générale et la gestion comptable ont été confiées à un Centre universitaire de Kinshasa, spécialisé dans les questions médiatiques et d’organisation.
-  Quatre mois après les formations de novembre, une deuxième session d’ateliers a eu lieu en mars dernier partout dans le pays, pour évaluer les effets des formations.
- Début avril, deux délégués belges de la FIJ et le directeur de la FIJ-Afrique ont rencontré à Kinshasa les formateurs nationaux et provinciaux pour un bilan global et, surtout, pour réfléchir aux suites concrètes à donner à cette dynamique.

Ce programme impliquait bien sûr des frais importants, eu égard au nombre de personnes impliquées et aux coûts des transports. Un délégué allant de Lubumbashi à Kinshasa pour le bilan final mettait plus de temps que celui qui arrivait en avion de Bruxelles… Tout cela ne fut possible qu’avec le soutien financier de Wallonie-Bruxelles International (WBI) et l’accueil en ses murs de la déléguée WBI à Kinshasa.

Bonnes pratiques

De l’avis de tous, les ateliers de novembre tombaient à point nommé. Ils ont touché 182 personnes, donc 182 rédactions au sein desquelles les informations, conseils et distribution de documents (comme le Code de déontologie et le Guide pratique en période électorale) ont souvent suscité de bonnes pratiques. Exemples : les relectures et corrections mutuelles d’articles, des émissions spéciales consacrées aux débats électoraux, davantage de reportages et d’interviews, ou une veille déontologique assurée par le « journaliste référent ». Par ailleurs, les consignes de sécurité des journalistes étaient au programme des ateliers, à charge pour les « référents » de les transmettre à leur rédaction et de rappeler la procédure pour disposer des cartes de presse nationale et internationale. 
Si la couverture médiatique de la campagne ne fut pas exempte de dérapages, d’erreurs et d’atteintes à la liberté de presse, elle fut, chez les professionnels, bien plus satisfaisante et correcte que celles de 2006 et 2011. Les participants n’avaient connaissance d’aucune condamnation de médias. Et un peu partout, on se félicitait d’avoir évité les injures et propos de haine, conformément aux directives du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et de la Communication (CSAC) du Congo.

Jean-François Dumont

(*) UNPC, SNPP (Syndicat National des Professionnels de la Presse), OMEC (Observatoire nationale de la presse), JED (Journalistes en danger), UCOFEM (Union congolaise des femmes des médias), FRPC (Fédération des radios de proximité au Congo), La presse en ligne.

 

 

For more information, please contact IFJ on +32 2 235 22 16

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 146 countries

Follow the IFJ on Twitter and Facebook

Subscribe to IFJ News