La FIJ Dénonce l’Arrestation d’un Journaliste en Gambie

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a condamné aujourd’hui

l’arrestation arbitraire et la détention de Abdoulie John, un journaliste

gambien détenu depuis hier par les agents de sécurité nationale.

 

« Nous sommes sérieusement préoccupés par la sécurité physique de

Abdoulie et demandons aux autorités gambiennes d’indiquer son lieu de détention

et de le libérer immédiatement », a déclaré Gabriel Baglo, Directeur

Afrique de la FIJ.  « Nous insistons pour

connaître son lieu de détention car son arrestation nous rappelle le cas de Chief

Ebrimah Manneh disparu en 2006 dans des circonstances pareilles. Nous tenons

les autorités gambiennes pour responsables du sort de notre collègue », a

ajouté Baglo.

 

Selon des sources indépendantes, Abdoulie John, journaliste éditeur au site

web le Joloff news a été arrêté dimanche 9 décembre par les forces de

sécurité de l’Agence nationale des renseignements  (NIA en anglais) après une vive confrontation

verbale avec Sulaylan Gassama le photographe personnel du Président Jammeh.

 

Des informations crédibles rapportent que l’incident a eu lieu dans un

village gambien où John était présent pour assurer la couverture d’une

cérémonie de remise de 8 soldats sénégalais après leur détention de 14 mois par

les rebelles de la région Sud de Casamance.

 

Le photographe Gassama a insisté auprès de John pour connaître de qui il aurait

obtenu son invitation pour assurer la couverture médiatique de cette cérémonie.

John lui a répondu de poser la question aux organisateurs, mais plus tard, le

directeur de la NIA donna l’ordre aux forces de sécurité d’arrêter le

journaliste qui sera conduit à la station de police à bord d’une voiture de

type pick-up de l’armée. Il serait actuellement transféré à Banjul

 

La FIJ estime que l’arrestation de John est arbitraire et demeure une

manœuvre d’intimidation d’un journaliste qui a le droit de couvrir un évènement

public.  

 

« Cet incident fait partie du mode de répression impitoyable du journalisme

 indépendant en Gambie où l’intimidation,

la torture, et les exécutions de journalistes sont des pratiques courantes

depuis l’avènement au pouvoir du président Yaya Jammeh », a estimé Baglo.

«Notre collègue est sérieusement  en

danger et la communauté internationale doit s’en alarmer avant qu’il ne soit

trop tard », a-t-il conclu.

 

 Pour plus d’information veuillez contacter la

FIJ au +221 33 867 95 86/87

La FIJ représente plus de 600.000

journalistes dans 134 pays