Rapport de la FIJ sur les travailleurs des médias tués en 2010 : la poignante litanie des pertes et des tragédies continue

La Fédération

Internationale des Journalistes (FIJ) a publié aujourd'hui le rapport complet concernant

les  journalistes et les collaborateurs

des médias tués en 2010. On peut y lire que les 94 travailleurs des médias tués

l'an dernier démontrent l'augmentation des risques encourus par les

journalistes dans le monde entier. Le rapport comprend aussi trois cas de

journalistes qui ont perdu la vie dans des accidents.

"Etablir la liste des 2271 collègues tués depuis 1990, dont les 97

morts en 2010, est une poignante litanie de tragédies et de pertes », a

déclaré Aidan White, Secrétaire Général de la FIJ dans son introduction au

rapport. "Ces chiffres illustrent comment, à une époque où les médias sont

plus puissants et où les gens ont un accès toujours plus large aux différentes

sources d'information, les journalistes déterminés à dire la vérité sont

confrontés à des risques de plus en plus importants ".

Le rapport de la FIJ

montre que le Pakistan offre le pire bilan en ce qui concerne la sécurité des

médias avec 16 morts, devant le Mexique et le Honduras qui ont enregistré dix

meurtres chacun. Il y a eu une diminution du nombre de meurtres par rapport au

total de 139 en 2009, mais le rapport note que les niveaux élevés de violence restent

la principale menace pour la sécurité des médias.

"Les conflits

régionaux, les guerres de la drogue et les troubles politiques continuent de

créer des champs de la mort pour les journalistes et les gens qui travaillent

avec eux", a déclaré M. White. "Cette année, 94 des journalistes et

travailleurs des médias tués ont été victimes d'assassinats ciblés, d'attentats

à la bombe et de tirs croisés".

L'impunité qui prévaut dans de nombreuses régions pour les crimes contre

les journalistes est également mise en exergue dans le rapport comme une source

supplémentaire de violence contre les médias. Les gouvernements doivent prendre

les attaques contre la presse au sérieux et prendre des mesures crédibles en

vue de fournir un moyen de dissuasion contre ces crimes, selon le rapport.

Le rapport comprend les

comptes détaillés du Fonds international de la FIJ pour la sécurité, qui

fournit une assistance aux journalistes et à leurs familles, victimes de la violence

ou contraints à l'exil.

«Cet argent, en

provenance des poches et des porte-monnaie de nos propres collègues, représente

le meilleure forme de la solidarité qui existe au sein de notre

mouvement", a ajouté Aidan White.

 

Le rapport de la FIJ sur les journalistes et personnel des médias tués en 2010 est disponible ici

 

Pour

plus d'informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 07

La FIJ représente plus de

600.000 membres dans 125 pays du monde