Algérie: le journaliste Khaled Drareni condamné à 2 ans de prison ferme

La Cour d'appel d'Alger a condamné ce 15 septembre le journaliste Khaled Drareni à deux ans de prison ferme pour avoir couvert les manifestations anti-gouvernementales qui ont secoué le pays. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) dénonce une décision "honteuse, scandaleuse" bafouant gravement la liberté de la presse.

Des manifestants portent Drareni sur leurs épaules après sa brève détention le 6 mars. Credits: RYAD KRAMDI / AFP

Arrêté le 7 mars 2020 pour avoir couvert les manifestations du Hirak, mouvement contestataire du régime algérien, Drareni a été incarcéré le 28 mars. La chambre d’accusation de la cour d’Alger a confirmé le 27 mai le rejet de sa demande de libération provisoire.

Il a été condamné le 10 août dernier à 3 ans de prison pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale », jugement contre lequel il a fait appel.

Correspondant de TV5 Monde et directeur du site d'information Casbah Tribune, le journaliste a déclaré pendant son procès n'avoir fait qu'exercer son métier de journaliste.

Anthony Bellanger, Secrétaire général de la FIJ, a condamné une décision "honteuse et scandaleuse"." L'exercice de la profession de journaliste en Algérie est de plus en plus entravé par des menaces, intimidations, confiscation d'équipements, qui rendent le métier impossible. Cette décision de la cour d'appel d'Alger crée un précédent par sa sévérité et est complètement injustifiée. Nous exigeons la libération immédiate de Khaled et la fin des exactions perpétrées à l'encontre de nos consoeurs et confrères algériens".

For more information, please contact IFJ on +32 2 235 22 16

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 146 countries

Follow the IFJ on TwitterFacebook and Instagram

Subscribe to IFJ News