#WPFD Syed Hassan Abbas: «Les médias sont le seul intermédiaire efficace entre les organes de l'État et le public dans cette crise sanitaire»

Syed Hassan Abbas est un journaliste senior au Pakistan et défend la liberté et les droits des médias depuis plus de 20 ans. Il a été président du Syndicat des journalistes de Karachi, l'une des sections de la Fédération pakistanaise des journalistes du Pakistan (PFUJ), comptant plus de 2500 journalistes en activité.

Credit: IFJ

1) Quelle est votre plus grande préoccupation pour la liberté de la presse dans votre pays?

"J'ai de nombreuses inquiétudes. La sûreté et la sécurité des journalistes dans un pays comme le Pakistan est toujours difficile. Et le fait que le travail important des journalistes n'est pas reconnu. L'importance des médias et de leurs droits doit être garantie".

 2) Quels sont vos défis quotidiens en tant que journaliste?

"Nous devons faire face à différents défis au Pakistan. Il faut travailler dans une atmosphère incertaine. Nous devons lutter contre la précarité de l'emploi, les salaires irréguliers et les pressions de la censure de différents milieux. L'industrie des médias pakistanaise traverse sa pire période depuis un an et demi. Des milliers de journalistes sont sans emploi tandis que d'autres sont confrontés à des retards de salaires et les salaires ont été réduits de 10, 15 et 30%".

 3) Quelles sont les sujets les plus importantes à couvrir en ce moment?

"Sans aucun doute, les plus grands sujets sont liés au COVID-19. Les médias sont le seul intermédiaire efficace, surtout de nos jours, entre les organes de l'État et le public dans cette crise sanitaire. A part cela, la détérioration et la fragilité de la situation économique au Pakistan".

For further information contact IFJ Asia - Pacific on ifj@ifj-asia.org

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 140 countries

Twitter: @ifjasiapacific, on Facebook: IFJAsiaPacific and Instagram