Un groupe de médias internationaux met en question l’engagement du premier ministre du Timor sur la liberté de presse

<font face="Times New Roman" size="3"> </font><font face="Times New Roman"><font size="3">La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a rejoint l’Union des Journalistes d’Asie du Sud-Est (UJASE), en collaboration avec le Comité de Protection des Journalistes (CPJ) et la Freedom House, afin de réitérer sa demande faite  au premier ministre du Timor, le Dr. Rui Maria de Araújo, d’abandonner immédiatement les charges criminelles retenues contre les journalistes Oki Raimundos et Lorenco Martins du Timor Post</font><font size="3">.  La FIJ, l’UJASE, le CPJ et la Freedom House appellent le premier ministre Araújo et son gouvernement à protéger la liberté de presse au Timor.</font></font>

<font face="Times New Roman" size="3"> </font><font size="3"><font face="Times New Roman">Aujourd’hui, le 19 juillet, la FIJ, l’UJASE, le CPJ et la Feedom House ont envoyé une deuxième lettre au premier ministre Araújo à propos des charges de diffamation retenues contre le journaliste Oki Raimundos et l’ancien éditeur du Timor Post Lorenco Martins. Cette lettre est la deuxième envoyée par le groupe de médias internationaux et fait office de réponse à une lettre du premier ministre reçue le 28 avril.</font></font>

<font face="Times New Roman" size="3"> </font>

<font size="3"><font face="Times New Roman">La FIJ déclare : « Nous renouvelons notre demande adressée au premier ministre, en association avec l’UJASE, le CPJ et la Freedom House, d’abandonner les charges pénales retenues contre Oki Raimundos et Lorenco Martins. Les lois pénalisant la diffamation, n’ont pas leur place au sein d’une nation démocratique, y compris au Timor. Le procès intenté contre Oki et Martins est une menace pour la liberté de presse et le droit à l’information au Timor. Le gouvernement tente de faire taire les critiques à travers des lois qui contredisent le Conseil de Presse récemment établi. Par principe, des charges pénales pour diffamation à l’encontre des journalistes ne peuvent être tolérées ».</font></font>

<font face="Times New Roman" size="3">heightlire l'article complet en anglais</font>

<font face="Times New Roman" size="3"> </font>