[Translate to French:] China: New research underlines Beijing’s attempts to sway international perception through media

New research by the International Federation of Journalists (IFJ) reveals that Beijing had stepped up its efforts to influence international perceptions about China through the means of expanding Chinese media networks in international markets.

Le nouveau rapport de la FIJ, intitulé The China Network : Inside China’s Global Media Mission in Asia, Africa and Latin America, tente de mesurer la portée médiatique mondiale de la Chine à partir des résultats d’une enquête internationale menée par la FIJ auprès de journalistes au Kenya, au Pérou et aux Philippines. Ces dernières années, la Chine a été fortement présente dans ces trois pays par le biais de projets d’investissement et d’infrastructure.

« L’engagement et l’influence des médias constituent également une nouvelle stratégie. Cette dernière est un outil populaire dont se servent de nombreuses grandes puissances dans le monde. Toutefois, en comparaison avec ses pairs internationaux, l’approche de la Chine est particulière et sujette à des changements imprévisibles. Cette approche chinoise évolue rapidement et pose, par conséquent, des problèmes professionnels majeurs aux journalistes ainsi qu’aux professionnels des médias », indique le rapport.

Au Kenya et aux Philippines, respectivement 90 % et 83 % des participants à l’enquête ont reconnu que la présence de la Chine était visible dans leurs médias, alors que seulement la moitié des journalistes péruviens interrogés ont constaté une présence médiatique évidente.

Malgré cette grande visibilité, 88 % des journalistes philippins jugent que la présence de la Chine dans les médias de leur pays est négative, soit un pourcentage nettement supérieur à celui du Pérou (54 %) et du Kenya (16 %).

Selon le rapport, près de 16 % des personnes interrogées au Kenya ont affirmé que leurs propres organisations médiatiques étaient soutenues ou financées par des capitaux chinois. Aux Philippines et au Pérou, quelque 5 % et 2 % des journalistes ont déclaré que des intérêts chinois étaient impliqués dans les activités de leurs organisations médiatiques.

« Le fait que la Chine soit propriétaire de médias et qu’elle leur apporte un soutien financier constitue un domaine dans lequel l’influence chinoise s’accroît au Kenya, au Pérou et aux Philippines », note le rapport. Selon les données recueillies dans le cadre de l’enquête sur laquelle s’appuie le rapport, ce soutien se manifeste sous différentes formes telles que des aides financières, des programmes de formation, des équipements et un soutien technique, ainsi que des accords sur le partage de contenu.

« Un petit nombre de journalistes ont remarqué des changements dans la manière dont les journalistes qui ont participé à des voyages sponsorisés par des partenaires chinois couvrent les évènements en Chine », ajoute le rapport.

Ce rapport a été publié à la suite de l’enquête précédente de la FIJ, qui date de mars 2021, The Covid-19 Story : Unmasking China’s Global Strategy. Cette dernière a révélé que la Chine a exploité avec succès les réseaux d’infrastructure médiatique existants pour diffuser des informations positives à l’échelle mondiale dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

La FIJ a déclaré : « Alors que la Chine a déployé de nouvelles mesures pour se rapprocher des journalistes et des organisations médiatiques au Kenya, au Pérou et aux Philippines, il est important que les journalistes de ces trois pays bénéficient d’un soutien pour identifier et atténuer les dangers qui risquent d’influencer le journalisme professionnel et éthique ou de changer sa nature. »

For further information contact IFJ Asia - Pacific on ifj@ifj-asia.org

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 140 countries

Twitter: @ifjasiapacific, on Facebook: IFJAsiaPacific and Instagram