Philippines : Un journaliste agressé alors qu’il rentrait chez lui

Aldwin Quitasol, correspondant pour le Daily Tribune, rentrait chez lui le 1er mars lorsque deux individus non identifiés ont fait feu sur lui. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et son affilié, le Syndicat national des journalistes des Philippines (NUJP), condamnent l’agression de Quitasol et exhortent les autorités à accélérer leur enquête afin de traduire les auteurs en justice.

Aldwin Quitasol (R) discussing his attack with the Baguio City Police. Credit: Twitter

Selon le NUJP, Quitasol, également président du Baguio Correspondents and Broadcasters Club (BCBC), rentrait chez lui à pied à 22 heures, le long de Quezon Hill à Baguio City, lorsque deux individus ont ouvert le feu sur lui. 

Quitasol se serait précipité sur le sol en entendant le coup de feu et n'aurait pas été touché. Sa femme a affirmé avoir vu deux hommes quitter les lieux en moto.  

Quitasol a porté plainte le 3 mars, toutefois, lorsque la police a fouillé la zone, elle n'a trouvé aucune douille ou fragment de balle.  

Dans une déclaration à Inquirer, Quitasol a affirmé qu'il n'avait reçu aucune menace préalable à l'attaque.

Ce n'est pas la première fois que le journaliste est pris pour cible. Au début de l'année, Quitasol avait été invité par la police à participer à un " échange " dans le cadre du programme de soutien communautaire White Area Operation (CSP-WAO). Il s'est toutefois avéré qu'il s'agissait d'une "ramification d'un plan très controversé" des autorités gouvernementales visant à cibler les journalistes et les militants soupçonnés de sympathiser avec les rebelles communistes.

Le NUJP a déclaré : " Une agression contre un seul est une agression contre tous. Nous exigeons du directeur de la police de la ville de Baguio, le policier Glenn Degawan Lonogan, qu'il enquête immédiatement sur cette affaire et qu'il assure la sécurité de tous les journalistes de la ville face à ces agressions persistantes."

La FIJ a déclaré : " Cette agression contre Aldwin Quitasol est extrêmement préoccupante. La FIJ exhorte les autorités philippines à mener une enquête approfondie sur cette affaire, à condamner les auteurs et à mettre fin à l'impunité des crimes contre les journalistes aux Philippines."

 

For further information contact IFJ Asia - Pacific on ifj@ifj-asia.org

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 140 countries

Twitter: @ifjasiapacific, on Facebook: IFJAsiaPacific and Instagram