Philippines : CNN Philippines est victime d’une cyberattaque pendant le débat présidentiel

Le 27 février, le site Internet CNN Philippines a subi une cyberattaque alors que la chaîne diffusait un débat présidentiel à l’approche des élections de mai 2022 dans le pays. Cet incident a rendu le site Internet inaccessible aux utilisateurs. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) manifeste son inquiétude face à cette cyberattaque et condamne les agressions incessantes contre les journalistes aux Philippines.

CNN Philippines hosting a presidential debate ahead of country's May elections. Credit: Twitter

Le 27 février à 19 h 30, CNN Philippines a publié un message dans lequel la chaîne informait les téléspectateurs que son site Internet était inaccessible en raison d’une attaque par déni de service distribuée (DDoS). 

« Nous souhaitons vous assurer que nous mettons tout en œuvre pour restaurer le site Internet au plus vite », a déclaré la chaîne. 

Selon Rappler, la cyberattaque a duré deux heures et le site Internet fonctionnait à nouveau à 21 h 45. Cette attaque a eu lieu alors que la chaîne diffusait un débat présidentiel à l’approche des élections au mois de mai 2022 dans le pays. Tous les candidats étaient présents à l’exception du sénateur Ferdinand Marcos Jr., le fils de l’ancien président et dictateur Ferdinand Marcos Sr.

L’attaque DDoS, qui est actuellement illégale aux Philippines en vertu de la loi sur le commerce en ligne du pays, a été causée par des pirates informatiques qui ont envahi le trafic Web de requêtes, provoquant ainsi son effondrement.

Ce n’est pas la première fois qu’un site Internet subit une cyberattaque aux Philippines. En décembre 2021, tous les médias du pays, à savoir ABS-CBN, Rappler, Vera Files, et Philstar, ont été victimes de cyberattaques. 

Par le passé, l’Union nationale des journalistes des Philippines, Altermidya (People’s Alternative Media Network), Bulatlat, Kodao et Rappler ont tous demandé au Philippines’ Department of Information and Communications Technology, et au National Bureau of Investigation d’enquêter sur ces cyberattaques et de tenir les pirates informatiques pour responsables.

Selon la FIJ, « Restreindre arbitrairement l’accès aux sources d’information limite la diffusion des reportages essentiels pour les citoyens des Philippines pendant une période critique. La FIJ condamne fermement ces cyberattaques contre les médias indépendants et demande d’enquêter en profondeur sur les sources de ces attaques. »

For further information contact IFJ Asia - Pacific on ifj@ifj-asia.org

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 140 countries

Twitter: @ifjasiapacific, on Facebook: IFJAsiaPacific and Instagram