Papouasie–Nouvelle-Guinée : EMTV suspend une journaliste chevronnée, invoquant l’insubordination et la diffamation

Sincha Dimara, une des plus anciennes journalistes de Papouasie–Nouvelle-Guinée et responsable des informations et des affaires courantes à EMTV, a été suspendue de ses fonctions pour une durée de trois semaines et sans salaire, à la suite de diverses allégations d’insubordination et de diffamation envers la société mère, Media Niugini Limited (MNL). La Fédération internationale des journalistes (FIJ) condamne la suspension de Dimara et exhorte MNL à la réintégrer immédiatement.

EMTV journalist Sincha Dimara. Credit: Twitter

[UPDATE 12 March 2022]: Sincha Dimara has been fired by EMTV after a three-week long suspension. Dimara, one of the news station's longest serving journalists, was suspended on February 9 for alleged 'insubordination'. Following the news of her suspension, 24 of Dimara's colleagues staged a walk out. They have all been fired. 

[UPDATE 18 February 2022]: The EMTV national news team staged a walk out in protest of Dimara’s suspension. In a statement released on Thursday, the team condemned the “endless intimidation” of the news service and vowed not to return until “the wrongs have been righted”. Dimara is the third news manager to be suspended by EMTV in five years.  

Le 9 février, MNL, la société qui dirige EMTV, a publié un mémo du PDG Lesieli Vete annonçant à ses collègues la suspension de Dimara, sous prétexte qu’elle avait désobéi aux ordres et porté atteinte à la réputation de la société. Dimara est l’une des plus anciennes journalistes et reporters d’EMTV.

D’après le Conseil des médias de Papouasie–Nouvelle-Guinée (MCPNG), Dimara aurait été suspendu à la suite de la diffusion de trois reportages, qui portaient tous sur l’arrestation de Jamie Pang, un hôtelier australien, et sur les « violations des droits de l’homme » relatives à sa détention.  

Vete aurait décidé de suspendre Dimara à la demande du ministre des Entreprises publiques et des Investissements d’État, William Duma, responsable de Telikom, la principale société de télécommunications de PNG. MNL est aussi la propriété de Telikom, qui est elle-même une entité gouvernementale.  

Lorsqu’il a été interrogé sur sa participation dans la suspension de Dimara, M. Duma a affirmé qu’il ne l’avait pas commanditée et qu’il avait plutôt demandé à la direction de « s’en occuper ».  

Ce n’est pas la première fois que MNL est critiquée pour avoir suspendu ses journalistes. En 2019, la société a licencié (puis réembauché) Neville Choi et, en 2018, elle a suspendu le journaliste principal Scott Waide après qu’il ait réalisé un reportage critiquant les dépenses du gouvernement.  

L’organisme régional de défense de la liberté des médias, le Pacific Freedom Forum (PFF), condamne cette décision. « Nous demandons instamment au PDG et à MNL de prendre en considération l’impact de ces décisions brutales sur le moral du personnel et, de fait, sur leur propre crédibilité aux yeux du public. Nous sommes tous solidaires de nos wantoks d’EMTV et de toute la famille des journalistes de Papouasie–Nouvelle-Guinée qui travaillent dans des situations souvent difficiles, pour s’assurer que le peuple est informé et sait ce qui se passe », a déclaré le PFF. 

La FIJ a déclaré : « La hausse du nombre de suspensions de journalistes en PNG est inquiétante et a de graves conséquences sur la liberté de la presse. Les journalistes ne doivent pas être pris pour cible pour avoir fait leur travail et assuré la publication d’articles servant l’intérêt public. La FIJ demande la réintégration de Sincha Dimara et exhorte les organisations de médias à protéger les droits des travailleurs des médias dans le Pacifique. » 

 

 

For further information contact IFJ Asia - Pacific on ifj@ifj-asia.org

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 140 countries

Twitter: @ifjasiapacific, on Facebook: IFJAsiaPacific and Instagram