Mexique : assassinat d’un journaliste au Zacatecas

Juan Carlos Muñiz, journaliste pour le site Internet Testigo Minero, a été abattu alors qu’il conduisait un taxi, activité qui représentait sa deuxième source de revenus. Il est, depuis le début de l’année, le neuvième journaliste à être assassiné au Mexique, l’un des pays les plus dangereux au monde pour la profession. La Fédération internationale des journalistes et le Syndicat National des rédacteurs de presse (SNRP) condamnent fermement ce crime et exigent qu’une enquête urgente soit menée conformément au protocole d’enquête sur les crimes contre la liberté d’expression.

Imagen de las movilizaciones realizadas en febrero en reclamo por los asesinatos contra periodistas en México - Guillermo Arias / AFP

Le journaliste Juan Carlos Muñiz a été assassiné dans la nuit du vendredi 4 mars, dans la région de Fresnillo. L’information a été confirmée par le média pour lequel il travaillait, où il enquêtait sur des sujets liés au crime organisé et à des faits divers sanglants. Il signait ses rapports avec les pseudonymes « Rigoberto » ou « El TX », ce dernier en référence à son autre métier de chauffeur de taxi.

Testigo Minero, le site Internet où Muñiz travaillait, a diffusé un message sur sa page Facebook à propos de ce qui s’est passé : « Tous les membres de Multimedios Testigo Minero condamnent l’assassinat de notre collègue journaliste Juan Carlos Muñiz, survenu aujourd’hui, vendredi 4 mars 2022, dans la commune de Fresnillo, Zacatecas. Nous exigeons par la même occasion que les autorités chargées de cette affaire, à savoir directement le bureau du procureur général de l’État, mènent les enquêtes appropriées. Le meurtre barbare de notre collègue et ami a choqué une grande partie de la population de Fresnillo et de l’État, ainsi que les journalistes. »

Le SNRP, une organisation affiliée à la Fédération internationale des journalistes, a également réagi à l’incident : « Le Syndicat National des rédacteurs de presse condamne fermement et regrette l’assassinat du journaliste Juan Carlos Muñiz. Nous exprimons notre indignation et notre indignation face à ce crime et exigeons que le gouvernement du président Andrés Manuel López Obrador assume sa responsabilité constitutionnelle consistant à garantir la vie des citoyens mexicains. Nous exigeons que les gouvernements fédéraux, étatiques et municipaux punissent les auteurs et les cerveaux de ces meurtres de journalistes. »

Face à cette situation alarmante, qui a déjà entraîné neuf meurtres de journalistes dans des circonstances faisant l’objet d’une enquête, la Fédération internationale des journalistes exige que des mesures urgentes soient prises pour protéger les journalistes dans tout le Mexique et que les responsables, tant sur le plan moral que physique, des meurtres encore impunis, soient retrouvés et condamnés. Il est nécessaire de faire la lumière sur tous les cas et de déterminer si l’exercice de leur profession était le motif pour lequel ils ont été exécutés. Tant qu’il n’y aura pas de justice pour tous les journalistes victimes de violence, il n’y aura pas de liberté d’expression.

 

 

 

Para más información, contactar con la FIP en el tlf. + 32 2 235 22 16

La FIP representa a más de 600.000 periodistas en 146 países

Sigue a la FIP en Twitter y Facebook

Suscríbete a las noticias de la FIP