Mexique : arrestation des auteurs présumés du meurtre de Lourdes Maldonado

Le Secrétariat à la sécurité et à la protection des citoyens (SSPC) a confirmé, lors d’une conférence de presse, que trois personnes avaient été arrêtées tôt ce mercredi matin en tant que responsables présumés de l’assassinat de la journaliste Lourdes Maldonado, survenu à Tijuana le 23 janvier. Bien que les autorités affirment ne pas pouvoir encore confirmer que le meurtre de Maldonado soit lié à son travail de journaliste, la Fédération internationale des journalistes estime que cette variable ne peut être exclue et demande que l’enquête soit poursuivie, et que soit appliqué le protocole d’enquête sur les crimes contre la liberté d’expression.

Guillermo Arias / AFP

L’annonce a été faite par Rosa Icela Rodríguez, directrice de la SSPC, lors de la conférence de presse tenue au matin par le président mexicain Andrés Manuel López Obrador. Les trois détenus comparaîtront dans les prochaines heures dans le but de déterminer le mobile du meurtre de la journaliste Lourdes Maldonado, abattue devant son domicile le 23 janvier dernier. Les auteurs présumés du meurtre ont été appréhendés grâce à la coopération de voisins ayant fourni les images de leurs caméras de sécurité. Celles-ci ont permis de déterminer que ces personnes avaient mené des missions de surveillance le jour même et qu’elles avaient emprunté un taxi local. Il reste à déterminer la part de responsabilité intellectuelle.

Maldonado était journaliste indépendante depuis 2000. Elle a travaillé pour les chaînes de télévision Primer Sistema de Noticias (PSN),Televisa Tijuana et el Canal de Noticias de Rosarito, où elle a présenté son programme intitulé « Brebaje » (breuvage en français), un titre qu’elle utilisait dans ses rubriques de journaux, ses émissions de radio ainsi que sur les réseaux sociaux. Elle a remporté il y a quelques jours un procès contre PSN pour licenciement injustifié, qui durait depuis des années, et pour lequel elle avait signalé en 2019 qu’elle craignait pour sa vie, le média appartenant à l’ancien gouverneur de Basse-Californie Jaime Bonilla.

La Fédération internationale des journalistes exige que les autorités poursuivent l’enquête sur le meurtre de Maldonado, considéré comme un crime contre la liberté d’expression, et qu’elles cessent de publier des déclarations mettant en doute le fait que son activité de journaliste ait pu être le mobile de son assassinat. La violence systématique à l’encontre des journalistes au Mexique a démontré que ces crimes doivent toujours être analysés en tenant compte de ce facteur comme principal axe d’investigation, puisqu’il a coûté la vie à plus de 100 journalistes au cours des dix dernières années.  

Para más información, contactar con la FIP en el tlf. + 32 2 235 22 16

La FIP representa a más de 600.000 periodistas en 146 países

Sigue a la FIP en Twitter y Facebook

Suscríbete a las noticias de la FIP