L’USYPAC appelle a la reforme des lois sur la presse en Afrique Centrale

L’Union des syndicats des professionnels de la presse d’ Afrique Centrale (USYPAC), qui regroupe les syndicats et associations des journalistes affiliés à la Fédération Africaine des Journalistes(FAJ) et à la Fédération Internationale des Journalistes(FIJ), a appelé, à la fin d’une Conférence sous régionale tenue du 29 au 30 octobre 2014 à Yaoundé au Cameroun, les Etats de la Zone CEEAC et CEMAC, à opérer une profonde réforme des lois qui régissent le secteur des médias en Afrique Centrale.

La Conférence sur les réformes des lois sur les médias en Afrique Centrale a été organisée avec le soutien de l’UNESCO et de la Fondation Friedrich Ebert, et avec l’appui de la FIJ et de la FAJ.

Il ressort, en effet, d’une enquête menée par l’USYPAC que la majorité de ces lois sont liberticides et ne favorisent pas la liberté d’expression, ni celle de la presse, pourtant reconnues comme essentielles par plusieurs instruments juridiques internationaux.

Cette réforme passe nécessairement par l’abrogation des lois rétrogrades contraires aux engagements pris par nos Etats, la dé-criminalisation des délits de presse ainsi que la promulgation des lois spécifiques sur l’accès du public aux sources d’information.

L’USYPAC est d’avis que la place du journaliste n’est pas dans une prison, mais dans une salle de rédaction. A cet effet, la mise en place des lois justes et novatrices, ainsi que l’application des lois et mécanismes supranationaux constituent une indéniable et impérieuse nécessité susceptible de prendre en compte l’aspiration profonde des peuples à plus de démocratie participative et de développement.