Les meurtriers du journaliste paraguayen Pablo Medina Velasquez doivent être punis

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) rejoint son groupe régional, la Fédération d'Amérique latine et des Caraïbes (FEPALC), pour exprimer son désarroi suite au meurtre du journaliste paraguayen Pablo Medina Velasquez.

Selon les rapports, M. Velasquez, 53 ans, correspondant pour le journal de presse indépendant le plus influent du Paraguay, ABC Color, revenait d'un reportage près de la ville de Curuguaty, dans l'est du pays, le 16 octobre, lorsque son véhicule a été arrêté par deux hommes à moto et armés. Les hommes ont ouvert le feu à quatre reprises fois sur le journaliste et l'ont laissé mort sur les lieux. Son assistante, Antonia Maribel Almada, âgée de 19 ans, est également décédée durant l'attaque. On rapporte que quatre suspects ont été placés en garde à vue.

La FEPALC a annoncé que la mort de M. Velasquez était d'autant plus tragique qu'il avait déjà reçu de nombreuses menaces en raison de son travail. Il a été pris pour cible à cause des reportages qu'il a menés sur les gangs spécialisés dans le trafic de cannabis dans la région nord de Canindeyú, qui seraient apparemment dirigés pas des personnes impliquées dans la politique du pays. Le ministre de l'Intérieur paraguayen, Francisco de Vargas, a annoncé à la presse que M. Velasquez avait été placé sous protection policière, mais qu'il n'était pas escorté au moment de l'attaque.

La FIJ se joint à la FEPALC pour appeler les autorités paraguayennes à ouvrir au plus vite une enquête approfondie sur ce crime pour que les auteurs soient identifiés puis traduits en justice.

Beth Costa, Secrétaire générale de la FIJ, a déclaré : « Nous rejoignons nos confrères de la FEPALC pour émettre une demande conjointe appelant les autorités à garantir l'identification et l'inculpation des auteurs de cette terrible attaque afin qu'ils répondent de leur crime devant les tribunaux. C'est le troisième meurtre de journaliste au Paraguay cette année et personne n'a encore été inculpé pour ces crimes. L'impunité qui règne sur les attaques criminelles contre des professionnels des médias ne peut être tolérée. Ceux qui exécutent ces attaques effroyables doivent comparaître devant les tribunaux. »

Mme Costa a ajouté : « Nous présentons nos plus sincères condoléances aux familles et aux collaborateurs du journaliste tenu en haute estime, Pablo Median Velasquez, ainsi que de son assistante, Antonia Maribel Almada, décédés durant l'exercice de leur profession.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 17

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 134 pays

Retrouvez la FIJ sur Twitter et Facebook