La FIJ demande au Maroc de respecter la liberté de presse

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) se joint aux syndicats français, SNJ, SNJ-CGT et CFDT-Journalistes pour dénoncer les méthodes utilisées par les autorités marocaines contre deux journalistes français arrêtés et expulsés simplement pour avoir fait leur métier.

Jean-Louis Perez et Pierre Chautard, qui réalisaient un documentaire pour France Télévisions, ont été arrêtés et leur matériel saisi car ils ont osé effectuer une interview dans les locaux de l'Association marocaine des droits de l'homme (AMDH). Ils ont été expulsés manu militari du pays sous le prétexte qu’ils ne disposaient pas d’une autorisation de filmer.

"Ces méthodes sont intolérables et rappellent celle d’une autre époque au Maroc que l’on croyait révolue. Les syndicats français, membres de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), appellent à ne pas laisser passer ces incidents qui sont une atteinte grave au droit d’informer", ont-ils declaré.

Ce d’autant que le 23 janvier dernier, une équipe de la chaîne arabophone de France 24, pourtant habituée à travailler dans le pays, avait elle aussi été empêchée de tourner une émission, ce jour-là consacrée à « l'humour comme moyen d'expression » après les attentats contre Charlie Hebdo.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 17

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 134 pays

Retrouvez la FIJ sur Twitter et Facebook