La FIJ consternée par le meurtre brutal d’un journaliste irakien par l’ISIS

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a réitéré sa forte préoccupation quant à la sécurité des journalistes présents en Syrie et en Irak après le meurtre brutal du journaliste irakien, Raad al-Azzawi, par le groupe État islamique (EI).

Selon les rapports, les terroristes de l'EI ont publiquement exécuté Raad al-Azzawi, cameraman, en même temps que son frère et deux autres civils, dans la ville de Samra, à l'est de Tikrit, le jeudi 10 octobre. Il était âgé de 37 ans et travaillait pour la chaîne Sama Salaheddin. On rapporte qu'il a été exécuté pour avoir refusé de travailler pour l'EI.

Le Syndicat des journalistes irakiens (IJS) s'est joint à la FIJ pour condamner cet assassinat et ils ont également appelé à agir pour trouver les auteurs et les traduire en justice.

Jim Boumelha, président de la FIJ, a déclaré : « Nous adressons nos plus sincères condoléances à la famille et aux confrères du journaliste Raad al-Azzawi, qui a refusé de laisser l'EI salir ses valeurs et sa profession.

Les journalistes irakiens et syriens continuent de subir la guerre de la terreur instaurée par l'EI, qui les oblige à vivre sous l'intimidation, les agressions et la torture alors que beaucoup d'autres se retrouvent emprisonnés. Une action internationale doit être menée pour protéger les journalistes locaux, qui risquent leur vie chaque jour pour faire éclater la vérité. »

La FIJ a sévèrement condamné, avec un écho retentissant sur la scène internationale, la dernière vidéo de propagande publiée par l'EI, sur laquelle le journaliste britannique, John Cantlie, apparaissait une nouvelle fois, forcé de lire un scripte sous la menace.

« Cette nouvelle vidéo montre à nouveau John Cantlie forcé de délivrer un message de propagande de l'EI tout en sachant que sa vie est menacée. Utiliser la vie d'un journaliste à des fins politiques est un acte abominable et nous participons au mouvement international de condamnation de cet acte », a annoncé M. Boumelha.

Il a d'ailleurs ajouté : « La dernière vidéo de l'EI fait partie de ses manœuvres continues d'intimidation pour instaurer un climat de peur parmi les journalistes présents dans la région et ainsi les empêcher de révéler la vérité sur les événements. Les gouvernements du monde entier doivent se dresser et protéger les journalistes pour leur permettre de continuer à travailler. »


Pour plus d'informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 17

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 134 pays

Retrouvez la FIJ sur Twitter et Facebook