La FIJ a condamné l’agression du journaliste en Gambie

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a fermement condamné l’agression du journaliste Kebba Jeffang du journal Foroyaa lors de la conférence de presse dans le Bureau de l’UDP à Manjai dimanche le 5 mars, 2017, par les militants du Parti démocratique uni (PDU), le Congrès moral gambien, ainsi que par le Parti de la réconciliation nationale (NRP).

Selon le Syndicat de la Presse de Gambie (GPU), un affilié de la FIJ, l’agression de Kebba Jeffang est «regrettable et triste et n’aurait pas dû avoir lieu. Etant perpétué par les partis qui constituent le gouvernement, qui, à son tour, avait promis d’instaurer une nouvelle ère de la liberté de la presse en Gambie, cette agression est une violation des dispositions constitutionnelles garantissant la liberté et l’indépendance des médias».

Le Secrétaire Général de la FIJ, Anthony Bellanger, a dit que l’agression du journaliste Kebba Jeffang par les militants du Parti du nouveau gouvernement est inacceptable et indique une tendance dangereuse qui doit être «tuée dans l’œuf». «Les médias en Gambie, et notamment les journalistes, doivent être autorisés à effectuer leurs tâches et responsabilités sans être intimidés ou réprimés d’une manière ou d’une autre. C’est essentiel pour consolider le progrès démocratique qui a suivi la chute du précédent régime».

La FIJ invite le nouveau gouvernement de Gambie à faire tout ce qui est possible afin d’assurer la sécurité et la sûreté des journalistes et créer un environnement favorable à la prospérité des médias. Le gouvernement du Président Adama Barrow ne doit négliger aucun effort pour identifier les acteurs principaux de cette action imprudente et garantir qu’ils seront traduits en justice.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 16

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 140 pays

Retrouvez la FIJ sur widthTwitter et widthFacebook

widthAbonnez-vous aux infos de la FIJ

http://eepurl.com/vKWRn