Journalistes et médias attaqués pendant une grève générale au Népal

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) se joint à ses organisations membres, la Fédération népalaise des journalistes (FNJ) et le Syndicat de la presse népalaise (NPU) pour condamner les différentes attaques de journalistes et de professionnels des médias survenues pendant la grève générale qui a paralysé le Népal ce mardi 20 janvier.

LA FNJ a répertorié sept attaques contre des journalistes dans le pays perpétrées par des manifestants rassemblés par des partis de l'opposition dirigés par le United Communiste Party of Nepal (Parti communiste uni du Nepal), un parti maoïste.

Selon la FNJ, deux véhicules transportant des journaux Kantipur ont été attaqués respectivement dans les districts de Siraha au centre du pays et de Chitwan au sud. Les protestataires ont également détruit des exemplaires du Kantipur Daily à Katmandou.

D'autres ont vandalisé un véhicule de Mountain TV et ont agressé le cameraman Shrijana Kuikel et la journaliste Sharmila thapa. Il y eut aussi des tentatives d'attaque à l'encontre du directeur de presse de Mountain TV, Surya Khadka, le présentateur télé, Rohit Bhanda et leur conducteur, Rupak Shrestha, à Katmandou.

Toujours à Katmandou, de nombreux journalistes, notamment Bhisma Ohja de du média népalais National News Agency, Upendra M. Singh de l'agence indépendante Associated Press, Devaki Bista du journal népalais Himal Khabar Patrika et Chara C. Bhandari du journal népalais News Abhiyan, ont vu leur équipement endommagé par des manifestants. Dans la région est du Népal, Tika Khatiwada du quotidien népalais Sandakpur s'est fait agresser et voler ses clefs de moto.

Des journalistes ont également été menacés, selon les images télévisées du NPU, notamment ceux du quotidien népalais Annapurna Post, qui ont subi des actes d'intimidation de la part des manifestants pendant la grève.

La FNJ et le NPU ont appelé à l'arrêt immédiat des attaques de journalistes.

La FNJ a d'ailleurs déclaré : « Il est effectivement très inquiétant que des manifestants attaquent des journalistes et dégradent des véhicules médiatiques. Selon nous, ces actes vont à l'encontre des valeurs de la démocratie et de la liberté de la presse. La FNJ demande également au gouvernement d'attacher une attention particulière à la sécurité des journalistes et des centres médiatiques. »

Jane Worthington, directrice du bureau Asie-Pacifique de la FIJ a déclaré : « Ces journalistes faisaient leur travail en couvrant les manifestations et ils ne devraient pas être victimes d'agressions pour cela. La liberté des médias est une composante essentielle de la démocratie et ne devrait jamais être bafouée. Nous appelons le gouvernement Népalais à exiger la fin des attaques visant les médias. La sécurité des journalistes doit rester une des plus hautes priorités. »


Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 17

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 134 pays

Retrouvez la FIJ sur Twitter : @ifjasiapacific

 Retrouvez la FIJ sur Facebook: www.facebook.com/IFJAsiaPacific