Irak: un journaliste français et un journaliste kurde tués, deux journalistes français blessés

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) exprime ses condoléances profondes aux familles du journaliste français Stephan Villeneuve et du journaliste kurde irakien Bakhtiyar Haddad tués hier par l’explosion d’une mine à Mossoul.

Les trois journalistes français Stephan Villeneuve, Véronique Robert et Samuel Forey, accompagnés par le journaliste kurde irakien Bakhtiyar Haddad, couvraient la bataille de Mossoul dans le nord de l’Iraq, dans le cadre d’un reportage pour l’émission de télévision «Envoyé spécial» sur la chaine française France 2. Alors qu’ils suivaientt l’avancée des forces spéciales irakiennes dans leur bataille contre le groupe d’Etat islamique (EI), le groupe de journalistes a été touché par l’explosion d’une mine. 

Le journaliste Bakhtiyar Haddad, qui travaillait pour de nombreux médias français comme fixeur, a été tué dans l’explosion. Stephan Villeneuve a été transporté avec les deux autres journalistes français blessés à l’hôpital d’une base militaire américaine dans le nord de l’Irak et est décédé dans la nuit de lundi à mardi des suites de ses blessures. 

La direction de l’information de France Télévisions a exprimé ses condoléances à la famille de Stephan Villeneuve dans un communiqué envoyé à l’AFP : «La direction et les équipes de France Télévisions s’associent à la douleur de sa compagne Sophie, de ses quatre enfants, de sa famille et de tous ses proches. Elles leur présentent leurs plus sincères condoléances». 

Le secrétaire général de la FIJ Anthony Bellanger a exprimé ses condoléances aux familles des victimes: «La liberté d’informer est une nouvelle fois entachée de la mort de ceux qui font courageusement ce métier. Nos pensées vont aux familles de Stephan et de Bakhtiyar».

Le SNJ-CGT et le SGLCE expriment leurs condoléances aux familles du journaliste français Stéphan Villeneuve et du journaliste kurde irakien Bakhtiyar Haddad: lire le communiqué.

Le Syndicat des journalistes du Kurdistan (KJS) exprime également ses condoléances aux familles des journalistes décédés et souhaiter un prompt rétablissement aux journalistes blessés: lire le communiqué.

L’Irak reste l’un des pays les plus dangereux et meurtriers pour les journalistes. Quinze journalistes ont perdu la vie en 2016, trois depuis début 2017. La FIJ engage les professionnels des médias à faire preuve d’une vigilance maximum dans la région et à suivre scrupuleusement les consignes de sécurité.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 16

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 140 pays

Retrouvez la FIJ sur Twitter et Facebook

Abonnez-vous aux infos de la FIJ