Inde : Le rédacteur en chef de The Kashmir Walla emprisonné en vertu de la Loi sur la sécurité publique

Fahad Shah, rédacteur en chef au sein de The Kashmir Walla, a fait l’objet de plusieurs accusations depuis sa première arrestation, le 4 février dernier. Le 14 mars, il a été condamné en vertu de la Loi sur la sécurité publique du Jammu-et-Cachemire (PSA), qui autorise le gouvernement à imposer une peine allant jusqu’à deux ans de prison, sans avoir recours à un procès. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et son affilié en Inde, le Syndicat des journalistes indiens (IJU), condamnent le harcèlement judiciaire incessant en vertu de la PSA, une loi considérée comme draconienne. La FIJ demande également à l’administration de la région d’abandonner immédiatement toutes les charges retenues contre le journaliste.

The Kashmir Walla editor, Fahad Shah, was detained on February 4. Credit: Twitter

Le 4 février, Fahad Shah a été arrêté pour la première fois par la police du district de Pulwama, en vertu de l’article 13 de la Loi sur la prévention des activités illégales (UAPA) ainsi que des articles 124-4 et 505 du Code pénal indien. II a alors été détenu pendant 22 jours. À cette période, la police menait une enquête sur un message que F. Shah avait publié sur Facebook au sujet d’une fusillade dans le village de Naira le 30 janvier. 

Le 26 février, F. Shah a été libéré sous caution par la National Investigation Court. Cependant, le journaliste a été arrêté, à nouveau, le même jour par la police du district de Shopian pour une plainte identique déposée le 30 janvier 2021. Cette plainte concernait un reportage, publié par The Kashmir Walla, au sujet des pressions exercées par l’armée indienne sur une école privée de Shopian afin que celle-ci organise une cérémonie en l’honneur du Jour de la République. Le 5 mars, le journaliste a été libéré sous caution pour cette deuxième affaire. 

Toutefois, le même jour et quelques heures après sa libération, la police du district de Srinagar a arrêté le journaliste, à nouveau, en raison d’un autre reportage de The Kashmir Walla. Cette fois-ci, le reportage portait sur une fusillade, au cours de laquelle les forces de sécurité auraient volé de l’argent et des bijoux en mai 2020. En effet, la police du Jammu-et-Cachemire (J & C) a déposé une plainte le même mois, au motif des articles 109 (complicité), 147 (émeute), 307 (tentative de meurtre), 501 (impression de documents diffamatoires) et 505 (méfait public) du Code pénal indien.

La police du J & C a intenté une action en justice contre le journaliste le 11 mars, à savoir la veille de l’audience prévue pour la troisième affaire dont il fait l’objet. La PSA est une loi qui donne à la police du J & C le droit de détenir toute personne sans inculpation pendant une période allant jusqu’à deux ans. Umair Ronga, l’avocat de F. Shah, a déclaré que, dans ce cas-ci, cette loi était utilisée pour prolonger la détention du journaliste et l’empêcher de reprendre son travail.

Depuis le 5 août 2019,date à laquelle le gouvernement indien a révoqué l’article 370 de la Constitution indienne, qui reconnaissait le caractère spécial de l’État de J & C, le nombre de tentatives pour réduire les voix critiques au sein des médias au silence a augmenté. Ces actions se font par le biais d’attaques, d’arrestations, d’intimidations et du harcèlement judiciaire généralisés. 

Geetartha Pathak, la Présidente de l’IJU, a déclaré : « L’IJU est indignée par les multiples arrestations de Fahad Shah en raison de son travail de journaliste. Nous demandons sa libération immédiate ».

La FIJ a déclaré : « Les multiples arrestations et inculpations arbitraires de Fahad Shah sont la preuve que l’administration du Jammu-et-Cachemire a recours à ces lois draconiennes de manière abusive afin de réduire au silence les voix critiques et afin de supprimer la liberté de la presse. La FIJ demande aux autorités d’abandonner toutes les charges retenues contre le journaliste, de le libérer immédiatement et de veiller à ce que toutes les lois qui répriment la liberté des médias dans la région soient supprimées. »

 

 

 

For further information contact IFJ Asia - Pacific on ifj@ifj-asia.org

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 140 countries

Twitter: @ifjasiapacific, on Facebook: IFJAsiaPacific and Instagram