Égypte : La FIJ se réjouit de la libération sous caution des journalistes d’Al-Jazeera

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) se réjouit de la libération sous caution de Mohamed Fahmy et de Baher Mohamed, arrêtés et détenus en Egypte depuis décembre 2013.

« Nous accueillons avec satisfaction la décision de la Cour égyptienne de relâcher nos collègues de la chaine qatarie Al-Jazeera et nous l’encourageons fortement à abandonner les charges contre eux », a affirmé le président de la FIJ, Jim Boumelha. « Toute société démocratique ne peut avoir recours à l’intimidation légale pour mettre fin au reportage indépendant ».

Selon certaines informations, les deux journalistes ont comparu devant le juge Hassan Farid à la Cour d’assises du Caire au début du procès, mais la prochaine audience est fixée au 23 février et le juge a ordonné qu’ils soient tous deux relâchés. La caution pour la libération provisoire de Mohamed Fahmy a été fixée à 250 000 livres égyptiennes (environ 29 000 euros), tandis que Baher Mohamed a été remis en liberté.

Fahmy avait renoncé à sa nationalité égyptienne en échange d’une extradition au Canada après que le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi eut signé un décret autorisant le rapatriement de prisonniers étrangers en novembre dernier, lequel permettait au journaliste australien Peter Greste d’être libéré. Baher Mohamed est un ressortissant égyptien qui ne possède pas de passeport.

Les trois reporters d’Al-Jazeera ont été arrêtés en décembre 2013 et accusés de répandre de fausses informations, soupçonnés d’appartenir à une organisation terroriste et de travailler sans permis. Ils ont fait appel de leurs condamnations le mois dernier mais sont restés en détention jusqu’au procès.

Ils ont tous trois vigoureusement nié ces accusations et ont affirmé que leur procès était un simulacre.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 17

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 134 pays

Retrouvez la FIJ sur Twitter et Facebook