Australie : les géants de l’Internet menacent de suspendre leurs services s’ils sont forcés de rémunérer les médias

Les géants de l’Internet, Google et Facebook, ont menacé de suspendre leurs services en Australie si le nouveau code, qui les forcera à rémunérer les médias pour l’utilisation gratuite de leurs contenus, entre en vigueur. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et l’Alliance pour les médias, le divertissement et les arts (MEAA) condamnent cette tentative de chantage engagée par les entreprises et appellent le gouvernement australien à ne pas être influencé par ces menaces.

Google threatened on January 22, 2021 to block Australian users from accessing its search service unless the government changed proposed legislation to make the internet giant pay news outlets for their content. Credits: Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

Le code de l’Australian Competition and Consumer Commission (ACCC) exigerait des géants de l’Internet qu’ils rémunèrent les médias pour le partage de leurs contenus. Il prévoit que les entreprises numériques telles que Google et Facebook aient un délai de trois mois pour négocier un accord avec le média. Une fois le délai achevé, un arbitre imposerait un montant. 

Vendredi 22 janvier, lors d’une déclaration sans précédent, mais non surprenante, Google a annoncé la suspension de ses services en Australie si le gouvernement maintient son projet de rémunérations des médias pour l’utilisation de leurs contenus. Google a d’ailleurs déjà bloqué certains sites d’informations australiens sur son moteur de recherche, une « expérience » afin d’accentuer son monopole. 

En septembre 2020, Facebook avait également menacé d’interdire à ses utilisateurs de partager des informations sur sa plateforme s’ils étaient forcés de payer pour ce contenu. 

La loi, introduite à la Chambre des représentants en décembre, s’inscrit dans la volonté des gouvernements mondiaux de réguler le pouvoir des monopoles numériques. 

Depuis sa divulgation en juillet 2020, Google et Facebook ont fourni des efforts continus pour éviter que le code ne soit repris au niveau mondial et les force à payer les informations dans les moteurs de recherche. 

Un code crucial pour sauver le journalisme australien 

La crise provoquée par la pandémie de COVID‑19 a sérieusement touché les médias et journalistes australiens. En effet, des centaines de médias locaux et régionaux ont fermé à cause de la chute des revenus publicitaires. 

Selon l’affilié de la FIJ, la MEAA, la pandémie de COVID‑19 a détérioré l’économie des médias provoquant la suspension ou la fermeture définitive de plus de 100 journaux. 

Cette situation montre à quel point il est essentiel de trouver une solution pour la survie du journalisme australien. La FIJ et la MEAA soutiennent les progrès accomplis pour demander une rémunération aux géants du net. Cependant, ils plaident également pour que le nouveau code vise à aider tous les médias, y compris les petits médias locaux et régionaux, et pas seulement les grandes entreprises de médias.  

Marcus Strom, le président de la MEAA, a déclaré : « Les menaces de Facebook et de Google de se retirer du marché australien prouvent leur grand intérêt à protéger les bénéfices du monopole au lieu d’accepter les lois démocratiques des États souverains. La société civile devrait définir le fonctionnement des technologies et de la diffusion des informations et non pas les désirs de profits des entreprises internationales. » 

Le Secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger, a affirmé : « Les tentatives de chantage engagées par Google et Facebook sont déplorables et montrent qu’ils sont prêts à tout pour continuer de profiter du travail des journalistes à travers le monde. Le gouvernement australien doit faire preuve de détermination pour compenser les déséquilibres entre les médias locaux et les géants de l’Internet et ignorer ces menaces. Les autres gouvernements doivent de toute urgence prendre des mesures pour s’assurer que les géants de l’Internet paient pour les contenus et soient soumis à un système de taxes juste qui puisse augmenter les revenus afin de soutenir le journalisme indépendant. » 

For more information, please contact IFJ on +32 2 235 22 16

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 146 countries

Follow the IFJ on TwitterFacebook and Instagram

Subscribe to IFJ News