Afghanistan : Deux personnes détenues dans le cadre de l’augmentation des attaques contre les médias afghans sous le régime des talibans.

Le présentateur de télévision Moheb Jalili a été battu et séquestré par des militants talibans le 17 avril et le reporter Reza Shahir a été arrêté par les talibans le 19 avril, dans le cadre de la dernière d’une série d’attaques contre la liberté de la presse en Afghanistan. La Fédération internationale des journalistes (FIJ) condamne l’arrestation des deux journalistes et exhorte les talibans à mettre fin à la persécution croissante des journalistes afghans.

A Taliban fighter stands guard on the Wazir Akbar Khan hill in Kabul on March 31, 2022. Credit: Ahmad Sahel Arman / AFP

Le 16 avril, Moheb Jalili, présentateur pour la chaîne indépendante 1 TV et ancien responsable d’Ariana News, a été enlevé et torturé par les services de renseignement des talibans dans le district 15 de Kaboul. 

Dans une interview accordée à Hasht-e-Subh, un journal indépendant afghan, le journaliste a déclaré que les agents talibans n’avaient fourni aucune raison claire pour justifier sa détention. Selon le Centre des journalistes afghans, Jalili rentrait chez lui samedi soir lorsque des agents des services de renseignement talibans ont intercepté sa voiture et l’ont arrêté, accusant le journaliste de « rapporter de fausses informations ».

Le jour de l’arrestation de Jalili, Jamshi Ahamad Ahmadi, directeur de Rasa TV, a également été abattu et blessé par des individus non identifiés à Kaboul. La raison de cette attaque n’est toujours pas établie.

Un incident similaire s’est produit le 19 avril : Reza Shahir, journaliste pour le réseau de radio et de télévision de Kaboul Rah-e-Farda, a été agressé et arrêté par des militants talibans alors qu’il tentait de couvrir un attentat à la bombe à l’école Abdul Rahim Shahid, dans l’ouest de Kaboul.

Selon Shahir, les autorités talibanes l’ont accusé, lui ainsi que son collègue, d’être « complices de l’organisation de l’attaque », ont saisi son appareil photo et son téléphone portable. Le journaliste a été retenu dans une pièce où il a été sévèrement frappé avant d’être finalement libéré deux heures plus tard.

Les arrestations de Jalili et de Shahir sont les attaques les plus récentes contre des journalistes par des militants talibans en Afghanistan. Le 17 mars, des officiers talibans avaient arrêté les employés de TOLONews, Bahram Aman, Khaplwak Sapai et Nafay Khaleeq, dans les locaux du média à Kaboul.

La FIJ a déclaré : « Les arrestations, le harcèlement et les attaques contre les journalistes et les travailleurs des médias continuent d’augmenter en Afghanistan sous le régime des talibans. La FIJ demande la libération immédiate de Moheb Jalili et de Reza Shahir ainsi que la fin de la persécution arbitraire du journalisme indépendant en Afghanistan, dont le but est d’étouffer la liberté de la presse. »

For further information contact IFJ Asia - Pacific on ifj@ifj-asia.org

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 140 countries

Twitter: @ifjasiapacific, on Facebook: IFJAsiaPacific and Instagram