Les syndicats européens unis en faveur de l’égalité des droits des journalistes

Lors d'une importante conférence qui

s'est tenue à Thessalonique les 19 et 20 avril 2012, des représentants des

syndicats de journalistes en Europe ont apporté leur soutien à leurs collègues

qui luttent pour leurs droits en Grèce et à travers l'Europe.

Alpha

Dans une déclaration adoptée par la

Fédération Européenne des Journalistes lors de la conférence sur l'Egalité

des droits des journalistes, les participants ont exprimé leur «grande

préoccupation pour les membres et collègues de la FEJ, à travers l'Europe,

confrontés à des crises qui menacent les contrats des journalistes et provoquent

des inégalités au sein des rédactions ».

La conférence a identifié une série

de menaces qui minent les conventions collectives et empêchent le développement

d'un journalisme de qualité. Il s'agit notamment des vagues de suppressions

d'emplois dans les médias et de la croissance d'une main-d'œuvre à deux

vitesses, où les employés travaillent côte à côte mais avec des conditions

d'emploi très différentes.

S'exprimant lors de la conférence,

le Secrétaire Général de la FEJ, Stephen Pearse, a déclaré: « Nous nous sommes

rencontrés cette semaine en Grèce, un pays dont les habitants sont confrontés à

des attaques sans précédents envers ??les travailleurs, leurs syndicats et leurs droits fondamentaux. Compte tenu

des défis auxquels nous sommes confrontés, il est difficile de rester

optimistes. Mais au cours de ces deux derniers jours, nous avons entendu

plusieurs cas où l'action syndicale a bien fonctionné. Nous avons vu comment cette

force a été associée à des campagnes qui ont porté nos préoccupations de journalistes

auprès du public et des politiciens. »

La déclaration de clôture a voulu

identifier les façons dont la FEJ et ses affiliés pourraient travailler

ensemble pour aider les journalistes en frappés par la précarité. Ceux qui sont

à présent engagés via des contrats à court terme ou temporaires, ceux qui sont

forcés de travailler en tant que freelance (même s'ils travaillent exactement

de la même manière que les journalistes salariés) et d'autres cas pour lesquels

les syndicats sont empêchés d'agir.

Le Président de la FEJ, Arne König,

également présent lors de la conférence, a salué les progrès accomplis lors

l'événement : « Nous avons partagé de nouvelles idées sur la façon dont nous

pouvons utiliser les instances internationales à des fins juridiques ou sur la

manière dont nous pouvons renforcer nos campagnes pour un traitement équitable.

La FEJ s'engage fermement à poursuivre ses efforts pour aider ses membres à

apprendre de leurs collègues européens qui luttent contre les emplois

précaires. »
 
La FEJ est le groupe

européen de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ)
La FEJ représente

plus de 260.000 journalistes dans 30 pays

La Conférence sur l’Egalité des droits pour les

journalistes en Europe, organisée par la Fédération Européenne des Journalistes

à Thessalonique les 19 et 20 avril:

 

exprime sa

solidarité avec les membres de la FEJ en Grèce, lieu de la présente conférence

et pays confronté à certaines des pires conséquences de la crise économique

frappant l'Europe;


apporte son soutien sans réserve aux journalistes grecs dans leur lutte pour

des conditions de travail équitables et le droit de négocier collectivement par

le biais de leurs syndicats;


exprime sa vive préoccupation quant au fait que les membres de la FEJ à travers

l'Europe sont confrontés à des crises qui menacent les normes contractuelles

actuelles des journalistes et creusent les inégalités au sein des médias, notamment:


• les vagues de réductions de personnel dans les organisations de médias,

laissant des journalistes sans travail et ne laissant pas à ceux conservant

leur emploi le temps et les ressources nécessaires pour offrir un journalisme

de qualité
• la création d’emplois à deux vitesses dans les rédactions, via l'utilisation

de contrats individuels, d’accords pour «faux freelances» et l'accroissement des

écarts entre les tarifs payés aux journalistes salariés et aux journalistes

pigistes
• les tentatives des employeurs d’utiliser la crise économique comme excuse

pour attaquer les conventions collectives existantes et le droit du travail
• la persistance d'un écart de rémunération entre les hommes et les femmes dans

notre secteur, ce qui est de la plus grande importance en période de

difficultés économiques, lorsque les plus défavorisés paient souvent le prix le

plus élevé;


souligne le fait que la remise en cause des conditions de travail des

journalistes nuit à l’indépendance éditoriale et au journalisme en tant que

bien public;

reconnaît les

différences énormes qui existent entre les membres de la FEJ et exprime sa

préoccupation que de nombreux syndicats, en particulier en Europe centrale et orientale,

n'ont pas la capacité ou les conditions nécessaires pour négocier et maintenir

de solides conventions collectives;

se félicite du

fait que, malgré ces défis, les journalistes agissent par l'intermédiaire de

leurs syndicats pour défendre et améliorer leur condition et de se battre pour

l'égalité des droits;

rappelle les

exemples positifs des syndicats offrant de réelles améliorations aux

journalistes grâce aux  actions

syndicales, au lobbying politique et à des campagnes publiques, telles que:


• la coordination des actions syndicales avec des campagnes politiques ou

publiques pour fournir des augmentations de salaire et prévenir l'érosion des

conventions collectives
• des exemples d'organisation sur le lieu de travail pour améliorer la

rémunération et les conditions des nouveaux venus, recrutés sur base de conditions

moins favorables que leurs collègues
• des conventions collectives couvrant les droits des travailleurs indépendants
• la coordination des campagnes de journalistes avec d’autres syndicats pour

offrir plus de visibilité et renforcer les activités;

note que les

conventions internationales et le droit européen considèrent la négociation

collective comme un droit fondamental, et soutient les propositions d'utiliser

ces textes pour contester les allégations que le droit de la concurrence limite

la capacité des syndicats à représenter tous leurs membres;

 

Appelle la FEJ

à:


• établir une série de d’école cas à partir des exemples positifs soulevés à la

conférence et mettre en évidence ces cas auprès des membres de la FEJ
• enquêter sur la manière dont la FEJ pourrait davantage aider ses membres à

partager leurs expériences et améliorer les liens entre les membres de la FEJ

traitant avec les mêmes propriétaires de médias
• analyser les cas dans lesquels les normes internationales du travail ne sont

pas correctement appliquées dans les pays européens et coopérer avec la FIJ

afin d’élaborer une stratégie pour travailler avec l'OIT sur ces questions
• identifier, au sein des membres de la FEJ, les besoins de formation liés à la

négociation collective et aux campagnes, et élaborer des propositions pour

diffuser les meilleures pratiques.

Appelle les

personnes présentes à la conférence à:


• rendre compte à la direction de leur organisation, en mettant en exergue les

leçons qui ont été apprises et les études de cas relatives aux défis et aux

réussites ailleurs en Europe;

Appelle les

membres de la FEJ à:


• aider à l'échange d'expertise et de connaissances sur la négociation

collective, y compris en remplissant le questionnaire de la FEJ sur la

négociation collective
• aider les femmes et les hommes à prendre part à la lutte pour l'égalité des

genres au sein de leurs structures
• utiliser toutes les occasions pour exprimer leur solidarité avec leurs

collègues d'autres pays européens dans leur lutte pour l'égalité des droits des

journalistes