Communiqué du Syndicat des Journalistes Algériens suite à l'arrestation de Mourad Mahamed

SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES

Agrément N° 71/99 du 02 mars 1999



Maison de la Presse Tahar Djaout

1, rue Bachir Attar, Alger, Algérie

Tel/Fax : (213.21) 67-36-61

E-mail : snjalgerie@yahoo.fr




Communiqué



Mourad Mahamed, journaliste au quotidien El Khabar et membre du Syndicat national des journalistes, a vécu le mercredi 29 mars 2006 un véritable cauchemar dans les locaux de la police urbaine d’Alger (service ONRB), sis rue Docteur Saadane.


Notre confrère qui a eu à traiter, dans une récente édition d’EL Khabar, d’un sujet sécuritaire se verra outrageusement malmené. Mourad Mahamed a subi, des heures durant, un véritable supplice moral pour qu’il daigne révéler ses sources d’information. Le Syndicat national des journalistes s’indigne de ce que l’on en arrive à ce genre de pratiques avec la corporation ; comportement que rien ne puisse justifier.

S’il admet le caractère hautement sensible de l’information sécuritaire, le syndicat ne peut, par contre, tolérer la façon avec laquelle a agi un corps de sécurité dont la mission première est de faire respecter la loi.


Or, la justice à laquelle il appartient de statuer sur ce type d’affaire s’en trouve superbement ignorée. Il est de notoriété publique, en effet, qu’en vertu des textes de loi en vigueur, seule la justice est habilitée en l’espèce à demander à un journaliste ou à un média de révéler ses sources lorsqu’en plus est établi le caractère d’exception nécessitant le recours à une telle extrémité.

Le SNJ qui assure notre confère de son soutien indéfectible interpelle par ailleurs les autorités publiques pour mettre fin à ses pratiques d’un autre age et revoir radicalement le rapport avec la communauté médiatique. Rapport d’où doit être banni tout usage de la force. Dans l’intérêt bien compris de la nation et de la liberté de la presse et d’expression.




P/ le Bureau Exécutif

Le secrétaire général par intérim

du Syndicat national des journalistes

Kamel Amarni



Fait à Alger, le 31 mars 2006