Algérie : Non à la répression des services de sécurité et leur intimidation des journalistes

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a condamné l'arrestation arbitraire du journaliste Ismail Djerbal devant son bureau et sa détention plusieurs heures par les services de renseignement en Algérie, saluant toutefois l’intervention rapide du parquet ordonnant sa libération.

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a condamné l'arrestation arbitraire du journaliste Ismail Djerbal devant son bureau et sa détention plusieurs heures par les services de renseignement en Algérie, saluant toutefois l’intervention rapide du parquet ordonnant sa libération.

L'arrestation du journaliste Djerbal, qui travaille pour le site d'informations Algérie-24 appartenant au groupe de médias Al-Nahar, est survenue le 9 octobre suite à la publication d’un article considéré offensif par les services de renseignement à l’égard de leur chef. La chaine de télévision Al-Nahar a diffusé une vidéo-surveillance montrant l'arrestation du journaliste par des agents du renseignement devant le siège du media.

Le journaliste a été retenu par les services de renseignements plusieurs heures avant que le procureur ne donne l'ordre de le libérer eu égard à l’illégalité de la détention.

La veille de l’arrestation, la chaine avait retransmis une communication téléphonique entre Anis Rahmani, directeur du journal An-Nahar, et un membre du centre d'enquêtes des services de renseignements dans laquelle le directeur exprime son refus de supprimer l'article ou de permettre l’interrogation du journaliste sans mandat judiciaire.

« Je suis rassuré que nul ne soit au-dessus de la loi", a déclaré Anis Rahmani dans un tweet suite à la libération du journaliste.

"L’application de la loi et la libération immédiate de notre collègue Djerbal est un signal important pour le travail des journalistes algériens. Nous espérons que cette décision mettra fin à de nombreuses années d'intimidation de la part des services de sécurité envers les journalistes, dans le but de restreindre leur travail et leur indépendance, ainsi que leur droit à un syndicat qui les représente et défend leurs intérêts".


            For more information, please contact IFJ on + 32 2 235 22 16

The IFJ represents more than 600,000 journalists in 146 countries

Follow the IFJ on Twitter and Facebook

Subscribe to IFJ News