La FIJ condamne le pillage de stations de radio par les forces somaliennes

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a condamné aujourd'hui le pillage de trois stations de radio par les forces somaliennes et a demandé au Gouvernement Fédéral de Transition de s’assurer du retour immédiat de leurs équipements afin qu'ils puissent reprendre sans délai leurs émissions. Certains employés des radios ont également été agressés au cours de l'incident.


« Nous sommes outrés par cette nouvelle vague de répression contre les médias qui ne devraient pas continuer à être le bouc émissaire du conflit dans le pays », a dit Gabriel Baglo, Directeur du bureau Afrique de la FIJ. « Le Gouvernement Fédéral de Transition (TFG) doit s’assurer que les équipements sont retournés, déterminer les responsabilités et donner des assurances à la communauté des médias somaliens que de tels raids ne seront pas tolérés à l'avenir. »


Le dimanche 2 mars, les forces gouvernementales ont envahi les locaux de Radio Simba, Radio Shabelle et Horn Afrik, les trois principales stations de radio de Mogadiscio. Les soldats ont pris des ordinateurs, des caméras et des équipements de radio.


Selon le Syndicat National des Journalistes Somaliens (NUSOJ), le journaliste Hassan Hussein Abdiaziz a été agressé par les forces lors de l'attaque à Radio Simba. La veille, une roquette a frappé l'immeuble de Radio Simba détruisant les archives de la station.


Le directeur par intérim de Radio Shabelle, Mohamed Mukhtar Hirabe, a également été brièvement détenu.


« Nous estimons que l’habilité des journalistes à travailler librement est essentielle à la résolution non-violente des conflits, et que la répression des médias en période de troubles ou lors d’opérations armées ne fait qu'accroître la peur et la suspicion au sein de la population», a déclaré Omar Faruk Osman, le Secrétaire Général du NUSOJ.


Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 33 842 01 43

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 120 pays dans le monde