Déclaration de Casablanca : radiotélévision publique dans la région méditerranéenne

<CENTER>Une voix pour le public : radiotélévision dans la région méditerranéenne


GO TO ENGLISH VERSION

Télécharger le compte-rendu [WORD]


DECLARATION FINALE</CENTER>


Des journalistes et des professionnels de l'information, réunis à Casablanca les 15 et 16 novembre 2001 lors de la conférence " Une voix pour le public : Radiotélévision de service public dans la région méditerranéenne " ont adopté la déclaration suivante :


- nous rappelons les dispositions de la conférence de Rabat sur la création d'un réseau de journalistes dans la région méditerranéenne, en collaboration avec la société civile, pour introduire une stratégie de changement dans le domaine des médias;


- nous regrettons le monopole de l'état sur les médias de l'information dans certains pays de la région, ainsi que le manque de structures légales et professionnelles pour garantir l'indépendance économique et politique des services d'information;


- nous insistons sur le fait que l'indépendance rédactionnelle, la liberté d'expression et le pluralisme d'opinion et l'indépendance des diffuseurs de radiotélévision publique sont des principes essentiels d'une société démocratique ;


- nous notons que des dispositions pénales disproportionnées dans le domaine de la liberté d'expression, en particulier les peines d'emprisonnement, constituent un obstacle au développement d'une radiotélévision publique indépendante ;


- nous notons la création, par la Fédération Internationale des Journalistes et en collaboration avec la société civile, d'une campagne pour la défense ou la création d'un service public de radiotélévision indépendant, et nous soutenons cette action dans la région méditerranéenne ;


- nous constatons le développement d'initiatives concrètes de collaboration de journalistes de la région, telles que Mediterraneo et RAI-MED, cette dernière étant une nouvelle chaîne qui transmet de l'information en langue arabe par satellite et via Internet ;


- nous appelons les journalistes et les directions des radiotélévisions publiques à renforcer et à multiplier ces initiatives pour un meilleur dialogue entre les deux rives de la Méditerranée ;


- nous considérons que la collaboration avec la Conférence Permanente de l'Audiovisuel Méditerranéen (Co.Pe.A.M.) est importante pour l'échange de programmes d'actualité et d'information entre les radiotélévisions de service public de la Méditerranée, en collaboration avec les structures opérationnelles de l'UER ;


- nous reconnaissons la diversité de la situation des radiotélévisions de service public ainsi que la diversité de leurs rapports avec le secteur privé dans la région ;


- nous rappelons le besoin de formation de qualité pour les journalistes, y compris dans le domaine des nouvelles technologies, de l'éthique, des droits de l'Homme et de la sécurité;


- nous rappelons l'importance du rôle des syndicats et des associations de journalistes dans le renforcement de l'indépendance éditoriale et dans la mise en place d'une solidarité entre les travailleurs des médias dans la région ;


NOUS DECLARONS que dans les pays de la région, il est essentiel d'instaurer ou de défendre :


- un cadre légal, juridique et financier, qui garantit une radiotélévision publique indépendante et démocratique ;


- le respect, ou l'instauration, d'un processus de décision et de gestion interne démocratique au sein des radiotélévisions publiques ;


- le respect du rôle des organes de contrôle et de la direction, le respect des droits et obligations du personnel et le respect des normes dans les statuts rédactionnels, tels que définis dans la déclaration de Zagreb de la Fédération Internationale des Journalistes, ainsi le droit du personnel à exercer des activités syndicales ;


- le renforcement des activités des syndicats de journalistes et des travailleurs des médias, ainsi que de la solidarité syndicale et des activités du réseau des journalistes de la Méditerranée ;


- un renforcement de la collaboration entre les journalistes et les directions des radiotélévisions de service public pour améliorer les échanges d'expérience et de personnes, et élaborer des productions communes. Des initiatives concrètes devraient être étudiées pour l'organisation de stages et d'échanges dans ce sens au sein des radio-télévisions des deux rives de la Méditerranée.


- une campagne pour la défense ou la création d'une radiotélévision publique indépendante, pluraliste et démocratique, et ce en collaboration avec la société civile.


Casablanca, le 16 novembre 2001