Rapport du Jury 2002

Poul Nielsen and Raymond Archer

Le Commissaire Poul Nielson félicite Raymond Archer, Ghana, Grand Gagnant du Prix Natali 2002. Photo: Audiovisual Library European Commission.


Bruxelles, le 14 octobre 2002


Le Prix Lorenzo Natali de journalisme: excellence dans le reportage sur les droits de l’homme, la démocratie et le développement a été institué en 1992 par la DG développement de la Commission européenne à la mémoire de Lorenzo Natali, Vice-président de la Commission européenne chargé de la coopération au développement. Depuis 1999, la Fédération Internationale des Journalistes organise le prix au nom de la Commission européenne.


Le Prix Lorenzo Natali est décerné à des journalistes de la presse écrite ayant fait montre d’une profondeur de vue et d’un engagement remarquables dans le reportage consacré à la problématique des droits de l’homme dans le contexte du processus de développement. Deux prix ont en fait été attribués chaque année, l’un à un journaliste d’un Etat membre de l’UE, l’autre à un journaliste d’un pays en développement. En 2002, la Commission européenne a cependant décidé de décerner cinq Prix Lorenzo Natali à des journalistes de la presse écrite et/ou en ligne dans chacune des catégories régionales suivantes: Afrique, Asie et Pacifique, Europe (Etats membres et pays candidats à l’accession), Amérique Latine et Caraïbes, Afrique du Nord et Moyen-Orient.


Nous avons reçu cette année quelques 243 articles provenant de plus de 80 pays. 218 d’entre eux répondaient aux critères d’attribution du Prix Lorenzo Natali. Le fait que certains des articles soumis (14) aient été rédigés par des journalistes n’étant pas basés dans l’une des catégories régionales susmentionnées (en particulier en Europe du Sud et du Sud-Est) a constitué le principal motif d’irrecevabilité. Quelques articles n’avaient pas été publiés en 2001 (4) ou n’étaient pas des articles de la presse écrite ou en ligne (3). Enfin, quelques rares articles n’ont pu être pris en considération parce qu’ils n’avaient pas été traduits (2) ou parce que les formulaires d’inscription n’avaient pas été dûment complétés (2).


Les centaines d’articles en compétition pour le Prix Lorenzo Natali de journalisme: excellence dans le reportage sur les droits de l’homme, la démocratie et le développement ont abordé plusieurs thèmes traditionnellement liés aux droits de l’homme sur lesquels le jury désirerait s’attarder.


Il convient de rappeler d’emblée que, comme l’indiquent les articles reçus, les journalistes s’intéressant au respect des droits de l’homme sont encore susceptibles de subir la censure, l’expulsion et même des dommages physiques dans de nombreuses régions du monde. Qu’il nous soit permis de rendre hommage à ces journalistes qui continuent d’informer le public sur des violations des droits de l’homme aussi flagrantes que le recours aux enfants soldats, le trafic des femmes et des enfants ainsi que le bâillonnement de la liberté d’expression dans des pays où, même au 21ème siècle, de telles activités ne sont pas sans danger.


Les articles en lice pour le prix de cette année, qui, pour la première fois, couvre cinq régions du monde, étaient pour la plupart de très bonne tenue. Le jury voudrait inviter tout particulièrement les journalistes travaillant au Moyen-Orient et en Afrique du Nord à lui faire parvenir plus d’articles l’année prochaine.


Sélectionner les gagnants parmi tant d’articles de qualité n’a pas été un exercice facile. En fin de compte, les membres du jury ont choisi de récompenser surtout le journalisme d’investigation, le courage face à la censure politique, la pertinence par rapport aux thèmes actuels des droits de l’homme et du développement et enfin l’impact obtenu, c’est-à-dire le changement d’attitude ou la réaction des gouvernements ou des autorités concernées.


Un Prix Lorenzo Natali est décerné dans chaque catégorie régionale ainsi que deux mentions spéciales. Le jury envoie ses félicitations à tous les gagnants. Il invite également tous les concurrents à déposer encore plus d’articles l’année prochaine et à poursuivre leur travail afin qu’ils continuent de se faire les porte-voix de ceux qui, sans eux, ne seraient pas entendus.



Dans la catégorie régionale Afrique, le Prix Lorenzo Natali 2002 est décerné à:


Raymond Archer (Ghana) pour ses trois articles "Ex-Minister in deportations scam", "Tragedy of youth deported for cash" et "Swedish Minister resigns over Amarkai's scam" publiés dans The Ghanaian Chronicle.


Dans sa série d’articles décrivant une association expulsant illégalement des être humains, Raymond Archer fait montre de talents journalistiques en tous points remarquables. La façon dont il a enquêté sur la corruption politique en Suède et au Ghana constitue un modèle pour les autres journalistes désireux d’orienter leur carrière vers le journalisme d’investigation. L’enquête menée par Archer a mis en lumière certains des aspects les plus inavouables de l’alliance conclue entre les hommes politiques et les responsables de compagnies aériennes qui a mené à des cas d’expulsion inacceptables, en violation flagrante des droits de l’homme. Les articles de M. Archer ont contribué à la démission d’un ministre suédois et la perte d’influence de plusieurs hommes politiques ghanéens. Qui plus est, la révélation de ce scandale a engendré un examen des politiques mises en cause en Suède tout en permettant de mettre au jour d’autres cas d’expulsions illégales. Les articles de Raymond Archer sur cette association ont également produit un retentissement international et sensibilisé l’opinion publique au problème spécifique qui touche son pays.


Mentions spéciales:


Caroline Sorgho (Burkina Faso) pour son article "Le Burkina, pivot d'un odieux commerce" publié dans L'Evénement.


L’article "Le Burkina, pivot d’un odieux commerce" est un texte journalistique court mais complet consacré au trafic d’enfants en provenance du Burkina Faso et à l’intérieur de ce pays. L’article replace cette violation des droits de l’homme dans son contexte et s’étend sur des facteurs culturels moins perceptibles et rarement abordés dans les articles relatifs au trafic d’enfants. L’excellente qualité journalistique de l’article est reflétée par le traitement professionnel et non pas sensationnaliste du sujet.


Mervin Syafunko (Zambie) pour son article "The untold story of the Gwembe" publié dans The Monitor.


Jusqu’à présent, la construction du barrage de Kariba a été considérée comme l’une des réalisations les plus impressionnantes de la technologie moderne. C’est une tout autre histoire que nous conte Mervin Sibbuyu Syafunko. Il s’intéresse aux gens du pays et décrit les souffrances et les difficultés de ces personnes, obligées de quitter le lieu où elles vivaient pour laisser la place au barrage en construction. Son article est touchant, ses images, puissantes. L’histoire des paysans qui choisirent de mourir noyés avec leurs animaux lors de la montée des eaux est certainement la plus émouvante de toutes. Le récit de la jeune femme obligée de parcourir des kilomètres pour quelques malheureuses gouttes d’eau alors qu’elle habite à proximité de cette immense pièce d’eau impossible à atteindre mérite également d’être soulignée. La publication de cet article a réveillé l’intérêt des autorités et révélé à l’ensemble du public la situation critique dans laquelle se trouve le Gwembe plusieurs décennies après l’achèvement du barrage. Des mesures ont été prises, quoique trop tardivement pour sauver certaines vies. Il s’agit d’un article de bonne qualité qui mérite d’être récompensé ne fut-ce que pour illustrer l’efficacité du journalisme local. L’Afrique a besoin de gens qui, tels Mervin Sibbuyu Syafunko dans “The untold story of the Gwembe”, n’hésitent pas à décrire l’envers du décor.



Dans la catégorie régionale Asie et Pacifique, le Prix Lorenzo Natali 2002 est décerné à:


Asha Krishnakumar (Inde) pour son raport "Weavers in distress" et l’à côté "For the weavers", tous deux publiés dans Frontline.


“Weavers in distress” de Asha Krishnakumar est un excellent article décrivant en détail l’histoire économique d’une région où le tissage a toujours été le moyen de subsistance de nombreuses familles. Le récit de la crise qui a poussé nombre de tisseurs au suicide, dans l’indifférence des autorités, a produit un puissant impact politique. Le gouvernement s’est vu dans l’obligation d’annoncer des mesures destinées à venir en aide aux tisseurs à la main et à mettre un terme à leur désespoir. “Weavers in distress” raconte aussi les conséquences de choix économiques infondés et la globalisation dans ce qu’elle a de plus négatif, lorsque les plus faibles en sont les premières victimes. Le suicide de nombreux désespérés constitue la partie la plus émouvante de cet article de fond à la fois long et bien documenté. Le ‘Nord’ devrait le prendre en considération.


Mentions spéciales:


Rommy Fibri (Indonésie) au nom de l’équipe du The Weekly Tempo News Magazine pour leur reportage "Sex, Lies and Entertainment".


L’article de Rommy Fibri sur les prostituées indonésiennes au Japon et les groupes maffieux organisant le commerce du sexe en Extrême Orient révèle toute l’horreur de l’exploitation des femmes dans cette partie du monde. Dans la mesure où le trafic des femmes, les activités illégales de la mafia et la violation des droits des femmes donnent naissance à une situation pour le moins déplaisante en Asie du Sud-Est en Extrême Orient, “Sex, Lies and Entertainment” mérite une mention spéciale.


Annam Suresh (Inde) pour ses 16 articles consacrés au trafic des enfants et à la prostitution enfantine publiés en ligne dans Wahindia.


Dans sa série de seize portraits, Annam Suresh décrit l’impressionnante mosaïque de problèmes liés au trafic d’enfants et à la prostitution enfantine en Inde. Ses articles se fondent sur des recherches très approfondies et ont recours à des exemples concrets pour illustrer le viol massif de la future génération indienne. Le style apparemment distancié, presque froid, favorise la persuasion, le lecteur étant convaincu par les faits et les descriptions précises de la vie de tous les jours. Cette plume n’a nul besoin de s’appuyer sur de quelconques appels à la compassion – ces articles fouillés constituent intrinsèquement un cri puissant lancé en faveur du respect des droits de l’homme et du développement.



Dans la catégorie régionale Europe, le Prix Lorenzo Natali 2002 est décerné à:


Henrik Brun et Ulrikke Moustgaard (Danemark) pour leurs cinq articles "Forsvaret st¢tter sex-mafia på Balkan", "Kvinden: Fanget i Xhevats fælde", "Tatjana og Kim, "Fakta til Tatjana og Kim" et "Soldaten: En soldats tjenstlige forseelse" consacrés à l’exploitation des femmes par les gardiens danois de la paix au Kosovo, publiés dans Information.


Les cinq articles de Henrik Brun et Ulrikke Moustgaard, publiés dans le quotidien danois Information, méritent sans aucun doute l’édition 2002 du Prix Lorenzo Natali pour l’Europe. Grâce à une investigation à la fois approfondie et solide, ils sont parvenus à révéler l’exploitation par des réseaux quasiment maffieux de femmes devenues esclaves du sexe, un "commerce" d’autant plus scandaleux qu’il a attiré certains soldats issus des forces danoises de maintien de la paix stationnées dans les Balkans dans le cadre d’un mandat de l’ONU. Ces articles ont eu des conséquences immenses et notamment des répercussions considérables au sein de l’armée danoise.


Mentions spéciales:


Paul Cullen (Irlande)pour ses articles "Human Trafficking: Fleeing the tragic state of Nigeria" and "The trade that means misery by the cargo" publiés dans The Irish Times.


Les reportages de Paul Cullen consacrés à la situation peu enviable des émigrants nigérians révèlent certaines formes d’inégalités et la violation des droits de l’homme, que ce soit au départ ou à l’arrivée du long voyage. Cullen a proposé à ses lecteurs une investigation de grande qualité, décrivant les circonstances qui obligent les réfugiés à fuir leur pays, les diverses formes d’exploitation auxquelles ils sont soumis et les châtiments qu’ils reçoivent dans les nations hôtes. Dans la mesure où la problématique des réfugiés et des demandeurs d’asile occupe désormais le devant de la scène politique en Europe, "Human Trafficking" de Paul Cullen mérite une mention spéciale.


Karin Steinberger (Allemagne) pour son article "Die verkauften Kinder von Poipet" publié dans Süddeutsche Zeitung.


Cet excellent article de fond illustre les problématiques du trafic et de l’exploitation sexuelle des enfants en Asie du Sud-Est. L’article raconte le destin de Sok, une fillette cambodgienne vendue par ses parents à des criminels thaïlandais. Le lecteur européen ne peut que s’en émouvoir. La description de la destruction psychique de Sok et du désespoir de ses parents démontre que c’est bien la pauvreté générale qui se trouve à l’origine de l’injustice et des violations des droits de l’homme. Parfaitement structuré et écrit dans un style tout à fait convaincant, ce récit comprend par ailleurs de nombreuses données historiques. Enfin, l’espoir n’en est pas absent puisqu’il rend hommage au travail d’une ONG suisse qui tente de libérer et de rapatrier des enfants abusés. L’article de Karin Steinberger n’est pas seulement un portrait sensible et respectueux de Sok. Plutôt que de se focaliser uniquement sur l’horreur de l’exploitation sexuelle des enfants, il souligne aussi la situation désespérée des familles qui vendent leurs enfants, replaçant ainsi la problématique dans un contexte élargi. Le jury a récompensé cet article pour sa qualité professionnelle; Karin Steinberger parvient à illustrer la situation de ces enfants et à donner l’impression au lecteur qu’il connaît Sok personnellement.



Dans la catégorie régionale Amérique Latine et Caraïbes, le Prix Lorenzo Natali 2002 est décerné à:


Mauri König (Brésil) pour son article "Mentira encobre crime no quartel" publié dans O Estado Do Paraná


ET


Julio César Benegas Vidallet (Paraguay) pour ses cinq articles "La próxima víctima está vuelta de pagina", "Chantajes y temores obstaculizan cambios", "Corrupción y poder mantienen intacto el servicio militar", "Victimas del SMO provienen de familias muy humildes" et "Cada 35 días muere un soldado en los cuarteles del Ejército" tous publiés dans ABC Color.


"Mentira encobre crime no quartel" (Le mensonge pour faire écran au crime dans les casernes) est un magnifique article d’investigation qui met en lumière le recrutement illégal d’enfants soldats brésiliens et argentins par l’armée paraguayenne et la mort d’un grand nombre d’entre eux dans leurs casernes. L’enquête fut semée d’embûchés, König a en fait été victime d’une tentative d’assassinat durant son travail de recherche journalistique. Qui plus est, l’article a eu des conséquences positives puisque sa publication a poussé le gouvernement du Paraguay à signer un accord avec l’ONU visant à mettre un terme au recrutement d’enfants de moins de 18 ans pour le service militaire.


La série de cinq articles rédigés par Benegas sur les violations des droits de l’homme subies par les miliciens effectuant leur service militaire au Paraguay est remarquable. Ces articles décrivent tant la corruption à l’origine du recrutement d’enfants soldats que les aspects culturels de cette problématique. Sont également exposés l’exploitation de ces enfants soldats et d’autres violations des droits de l’homme qui ont causé en moyenne la mort de dix soldats chaque année. Julio Caesar Benegas conclut ses articles en affirmant que, pour le personnel militaire, le Paraguay est l’un des pays en paix les plus dangereux de la planète.


Nous avons décidé de décerner un prix conjoint dans la catégorie Amérique Latine et Caraïbes parce que les articles de Julio César Benegas et de Mauri König étaient consacrés au recrutement d’enfants soldats du Paraguay et du Brésil par l’armée nationale paraguayenne. Fruits d’un journalisme d’investigation, ces deux articles révèlent la corruption qui se trouve à l’origine de cette violation des droits de l’homme commise dans les deux pays ainsi que leur contexte économique et culturel.


Mentions spéciales:


Mário Magalhães (Brésil) pour son article "A história de Alexandre" publié dans Folha de São Paulo.


Dans "A história de Alexandre", Mário Magalhães raconte avec beaucoup de sensibilité et de professionnalisme le drame d’un père qui, après avoir amené sa fille âgée d’un an à l’hôpital, fut torturé jusqu’à avouer qu’il l’avait violée. Quelques jours plus tard, il fut pourtant prouvé que sa fille n’avait pas été violée et que ses blessures étaient causées par une maladie. Dans le même temps, la violence de cette affaire ainsi que la publicité qui lui a été donnée par les médias ont transformé à jamais la vie du jeune père. Ce reportage s’attarde sur la violence qui persiste dans certaines prisons brésiliennes, les conséquences dévastatrices des erreurs médicales et le manque d’éthique de certains médias. Il mérite sans aucun doute cette mention spéciale.


Irma Del Valle Alvarez Rojas (Vénézuela) pour ses trois articles "Atrapados en La Roca", "No olvidarán lo que vieron" et "El chichero no llegó a la plaza" publiés dans Diario El Universal.


Cette série de trois articles décrit l’émergence des groupes parapoliciers au Venezuela à travers la présentation de cas impressionnants et une recherche analytique consacrée aux aspects sociaux et culturels de cette problématique liée au respect des droits de l’homme. Ces articles sont d’une qualité excellente et exposent le phénomène à un stade précoce, chose importante puisqu’ils sensibilisent ainsi le public et contribuent à empêcher que ces groupes ne prennent trop d’ampleur, une évolution qui porterait d’importants préjudices aux droits de l’homme et au développement.



Dans la catégorie régionale de Afrique du Nord et Moyen-Orient, le Prix Lorenzo Natali 2002 est décerné à:


Maher Chmaytelli (Liban) pour ses articles "Cultural Forums: Pseudonyms for Syria’s new political activities" et "Syrian MP’s arrest part of plan to muzzle dissent" publiés sur Middle East Online et dans Middle East Times et Daily Star of Beirut.


Les articles de Maher Chmaytelli sur les procès politiques intentés aux leaders de l’opposition syrienne et aux défenseurs de la liberté d’expression ont constitué une source d’information inestimable pour tous ceux qui s’intéressent aux changements politiques en Syrie. Dans ses articles destinés à l’AFP, au Middle East online et au Middle East Times, Chmaytelli a tenté de fournir un travail très objectif et équilibré, risquant les foudres des autorités syriennes. Ces articles ont provoqué la fermeture des bureaux de l’AFP à Damas et Maher Chmaytelli lui-même a dû rendre son accréditation de presse et quitter la Syrie. La brutalité avec laquelle les autorités syriennes ont agi contre la liberté d’expression révèle la nature non démocratique du régime du président Bashar el-Asad, qui a hérité du pouvoir par son père, premier cas de cette espèce dans une république arabe. Le courage personnel de Maher Chmaytelli et l’excellente qualité de ses articles sur la Syrie ont donné un coup de fouet aux campagnes de protestations qui, à l’intérieur comme à l’extérieur du monde arabe, appellent à la libération des prisonniers politiques syriens.


Mentions spéciales:


Sihem Bensedrine (Tunisie) pour son article "Internet, la navigation sous haute surveillance" publié en ligne dans Kalima.


L’article de Sihem Bensedrine intitulé "Internet, la navigation sous haute surveillance", publié dans le journal tunisien en ligne Kalima, est un excellent exemple de journalisme d’investigation, en particulier dans un pays tel que la Tunisie où la liberté de la presse et la liberté d’expression sont encore très bridées. C’est bien à cause de l’absence de droits de l’homme aussi fondamentaux que tant de Tunisiens ont désormais recours à l’Internet pour obtenir et diffuser des informations, même si ce média demeure strictement surveillé par les autorités tunisiennes.


Yahia Asad Shukkeir (Jordanie) pour son reportage en deux parties "Comments on the New Internet Centers Regulations" et "Confirming its illegality" publiés dans Al Arab Al Yawm.


Voici un nouvel article consacré à l’Internet dans le monde arabe, où la toile devient progressivement une source intéressante d’informations non censurées. Si le nombre d’utilisateurs y est encore modeste, son augmentation brusque ne va pas sans alarmer les responsables arabes, opposés à la diffusion de ce flux d’informations non censurées. Ces responsables font absolument tout pour empêcher l’accès à l’Internet. C’est dans ce contexte qu’a été rédigé l’article de Yahia Shukkeir en Jordanie. Défiant un décret ministériel imposant des restrictions sur les cafés Internet et l’accès à l’Internet, son action a heureusement été couronnée de succès et le ministre, forcé de faire marche arrière.


Majella Anning

Présidente du jury

Bruxelles, octobre 2002



Membres du Jury :

Majella Anning, Amnesty International

Angela Castellanos, journaliste freelance du Colombie

Elisabeth Costa, Présidente de la Fédération brésilienne des journalistes

Maria Laura Franciosi, correspondante pour Agenzia Nazionale Stampa Associata

Bettina Peters, Directrice de programmes au Centre européen de journalisme

Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, Directeur des recherches du Conseil international des politiques de droits de l'Homme

Ibrahim Nawar, journaliste et Directeur d'Arab Press Freedom Watch

Mohamedou Mahmoud Faye, journaliste du quotidien Le Soleil, Sénégal

Christian Wernicke, correspondant pour Süddeutsche Zeitung