Les journalistes protestent auprès des éditeurs européens suite à l’attaque des droits sociaux en Allemagne

Plusieurs groupes de journalistes membres de la Fédération Européenne des Journalistes ont manifesté aujourd’hui pour attirer l’attention sur le projet des éditeurs allemands de porter atteinte aux conditions de travail des journalistes des quotidiens allemands, ce qui équivaut à “une attaque dévastatrice de la structure sociale et professionnelle du journalisme allemand”.

<CENTER>






</

</

</


</CENTER>

A l’issue d’une manifestation devant les locaux de l’Association européenne des éditeurs de journaux (ENPA), qui représente les propriétaires de journaux à travers le continent, la FEJ a remis une lettre demandant à l’ENPA de s’opposer à la ligne dure imposée par les éditeurs allemands, qui ont refusé de revenir sur leurs demandes d’augmentation du temps de travail, de réduction des congés et des salaires dû pendant les vacances, ainsi que des réductions dans la structure de payement.


“Les éditeurs allemands cherchent à diminuer les salaires et à augmenter le temps de travail, ce qui détruira l’équilibre des protections qui existe depuis des décennies” a déclaré Aidan White, Secrétaire Général de la FEJ. “S’ils réussissent, cela pourrait avoir un effet dévastateur dans toute l’Europe et c’est la raison pour laquelle il s’agit d’une bataille à mener au niveau européen”.


La manifestation et la protestation se déroulaient alors que la BDZV, l’Association allemande des éditeurs de journaux, et les syndicats représentant les journalistes – le Deutscher Journalisten Verband et Ver.di – rencontraient à Francfort les propriétaires de journaux pour tenter de sortir de l’impasse et débattre d’un nouvel accord pour le secteur de la presse quotidienne.


Environ 12 grèves d’avertissement, impliquant plus de 2000 journalistes, se sont déjà déroulées dans tout le pays. Les syndicats préviennent que si un accord n’est pas trouvé, une escalade dans les actions syndicales sera presque inévitable.


“La situation est maintenant à un stade critique et déterminant,” a déclaré Aidan White. “Les propriétaires de journaux risquent de plonger le secteur de la presse quotidienne dans une confrontation qui ne fera qu’aggraver le mauvais climat économique actuel. Ils doivent revoir leur position actuelle, qui est déraisonnable, et négocier équitablement.”


Pour plus d’information: + 32 2 235 22 02

La FEJ représente plus de 250.000 journalistes dans plus de 30 pays