Les journalistes du monde entier dénoncent l'assaut porté en France aux droits d'auteur

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) souhaite prévenir le danger que représente aujourd'hui le plan d'action du gouvernement français de retirer aux journalistes leurs droits d'auteur, menaçant ainsi la tradition européenne de protection des créateurs et des auteurs.


"Cette initiative doit être stoppée net " dit Aidan White, Secrétaire Général de la FIJ " sinon des milliers de journalistes à travers l'Europe feront face à un assaut généralisé contre leur gagne-pain. Cette initiative fait en outre peser une menace potentielle pour la liberté d'expression ".


La FIJ soutient les protestations de ses quatre syndicats français affiliés qui ont publié hier une lettre ouverte au président de la république française, Jacques Chirac, lui enjoignant de rejeter les propositions d'amendement de la législation relative aux droits d'auteur qui autoriseraient la cession globale des droits des journalistes à leurs employeurs.


Il y a un mois, le Ministre de la culture Jean Jacques Aillagon avait mandaté le secrétaire d'état Raphael Hadas-Lebel d'une mission tenant à investiguer la cession des droits d'auteur dans les contrats de travail. Hadas-Lebel propose finalement la cession globale des droits des auteur salariés à leurs employeurs.


Dans leur lettre ouverte à Jacques Chirac, les syndicats français affiliés à la FIJ dénoncent l'introduction de la cession globale des droits d'auteur dans un contrat de travail qui contredirait la Convention Internationale de Berne sur les droits d'auteur ( dont la France est un état signataire) et pourrait faciliter l'introduction en France du système anglo-saxon du copyright.


" Cette initiative est un véritable pas en arrière," dit Aidan White, " cette proposition est d'autant plus désastreuse que la France connaît une longue tradition de droit d'auteur, selon laquelle les auteurs ont droit à une rémunération pour leur travail ".


La FIJ défend la nécessité de négocier la cession des droits d'auteur dans un contrat de travail afin d'encourager la liberté d'information et d'expression. Les syndicats français se sont réunis avec les membres du gouvernement et cette situation de crise sera également débattue lors de la réunion du Comité exécutif de la FIJ qui se réunit ce week end à Bruxelles.