La FIJ dénonce la tentative d’assassinat d’un journaliste au Togo

 

La

Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a aujourd'hui condamné avec la

dernière énergie la tentative d'assassinat d'un journaliste au Togo.


«Nous

dénonçons fermement cette tentative d'assassinat et demandons aux autorités

togolaises d'ouvrir une enquête afin d'arrêter les responsables et de les

sanctionner», a déclaré Gabriel Baglo, directeur Afrique de la FIJ.

Selon

des sources indépendantes dont la « Synchronie des professionnels des

médias », une coalition d'organisations de défense et de protection des

droits des professionnels des médias, le journaliste Frédo Attipou, reporter à

l'hebdomadaire «Le Canard Indépendant » a échappé de justesse  à une

tentative d'assassinat par des individus non encore identifiés, au nord-ouest

de Lomé la capitale togolaise, le mercredi 3 avril 2013 vers 17 heures alors qu'il

revenait à moto d'une réunion de sa paroisse.

Les

sources indiquent que le journaliste a été pris en sandwich par deux voitures,

l'une d'immatriculation nigériane, l'autre d'immatriculation togolaise, à bord

desquelles se trouvaient des individus non identifiés.

 

 

« C'est en tentant de

s'extirper de cette emprise que le journaliste a été percuté par la première

voiture, suivie de la seconde qui a tenté de l'écraser. Les deux voitures ont

ensuite pris la fuite, poursuivie par les taxis-motos qui ont suivi la scène. 

Grièvement blessé, le journaliste a été transporté dans un centre médical où il

a bénéficié des premiers soins. Ses caméras ont été endommagées lors de cette

agression », a indiqué le communiqué de la « Synchronie des professionnels des

médias ».

 

Rappelons que le journaliste

Younglove Egbéboua Amavi a été agressé le 14 mars dernier  lors d'un

sit-in de journalistes manifestant en face du Palais de la Présidence, et

l'inculpation sur la base des dispositions du code pénal, du journaliste Komi

Zeus Aziadouvo par le doyen des juges d'instruction dans l'affaire des incendies

de deux marchés suite à la publication d'un article de presse sur le sujet.

 

La

FIJ estime que la liberté de la presse et la sécurité des journalistes sont en

train de se dégrader considérablement au Togo. Elle appelle les journalistes et

professionnels des médias à augmenter la vigilance, et les autorités togolaises

à s'engager pour la sécurité des journalistes et contre l'impunité. 

 

Pour plus

d'information, veuillez contacter la FIJ au : + 221 33 867 95 86

La FIJ

représente plus de 600.000 journalistes dans 134 pays du monde