La FIJ Condamne Vigoureusement la Violence Policière Contre Deux Journalistes en Ouganda

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a vigoureusement

condamné aujourd’hui la violence policière sur un photojournaliste et un

reporter de télévision le 4 Octobre dernier en Ouganda.  

 

« Nous sommes profondément préoccupés par la

recrudescence systématique de la violence contre les journalistes en Ouganda.

Nous la condamnons et appelons les autorités à ouvrir une enquête. Nous ne nous

lasserons jamais de plaider et de défendre les droits des journalistes à

exercer leur travail en toute sécurité et liberté», a déclaré Gabriel

Baglo, Directeur Afrique de la FIJ.  

 

Selon des informations recueillies auprès de sources

indépendantes comme le Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme en

Ouganda, le photojournaliste freelance Isaac Kasimani de l’Agence France Presse et du quotidien privé Daily Monitor et son confrère William Ntege, plus connu sous le nom

de  Kyuma Kya Yesu  du Wavah

Broadcasting Service (WBS) ont été victimes de violence policière le 4

Octobre.

 

Kasimani a déclaré aux sources de la FIJ avoir été  giflé par un policier tandis qu’un autre l’a

poussé par terre quand il a refusé d’interrompre la conversation entamée avec Dr

Kiiza Besigye, le leader du parti d’opposition Forum pour le Changement

Démocratique. Son appareil photo a été détruit sur le coup, alors qu’il

n’était pas en mesure de protester d’autant que les deux policiers avaient le

visage couvert.   


“La montée de la menace sur la sécurité des

journalistes et des travailleurs des medias est devenue une préoccupation

majeure pour la FIJ. Nous engageons le gouvernement ougandais à y mettre un

terme”, a ajouté Baglo.

 

Pour plus d’information,

veuillez contacter la FIJ au  +221- 33

867 95 87

La FIJ représente plus de 600.000 journalistes dans

134 pays