La FIJ condamne l’agression de quatre travailleurs des médias au Togo

 

 

La Fédération

Internationale des Journalistes (FIJ) a aujourd’hui dénoncé l’agression de

quatre travailleurs des médias dont deux journalistes, un photographe et un

cameraman au cours de la manifestation, la semaine dernière, d’un Collectif  Sauvons le Togo (CST), un regroupement de partis

de l’opposition au Togo.

 

Des associations

de journalistes et des sources indépendantes ont confirmé que les journalistes,

Noel Kokou Tadegnon et Marcelin Adongnonsi, le cameraman Tony Sodji et le

photo-reporter Jean-Claude Abalo ont été agressés, jeudi 10 janvier

dernier,  par les forces de l’ordre et un groupe de manifestants du

Collectif alors qu’ils assuraient la couverture de la manifestation de

l’opposition.

 « Depuis

l’année dernière, les forces de sécurité s’illustrent très tristement avec les

journalistes. C’est la énième agression contre les journalistes que  nous

enregistrons en l’espace d’une année. Ce sont des voies de fait contre les

journalistes qui ne font que leur travail alors qu’il y a bien d’autres moyens

modernes pour faire respecter l’ordre sans violence», a déclaré Gabriel Baglo,

directeur du bureau Afrique de la FIJ. 

 

«Nous demandons

aux autorités de mener une enquête sérieuse sur ces cas afin que les forces

de  sécurité comprennent que leur rôle est de maintenir la sécurité des

citoyens, et non de s'attaquer aux journalistes», a-t-il ajouté.

 

 Les

témoignages rapportent que Noel Kokou Tadegnon, journaliste reporter d’image de

la Télévision Reuters et Marcelin Adongnonsi de Radio Légende Fm ont été

victimes de tirs de grenades lacrymogènes lancés sur un groupe de journalistes,

alors que Tony Sodji collaborant avec TV7 s’en est également sorti avec des

blessures suite à des attaques de certains militants du CST. Jean-Claude Abalo

photographe et journaliste à Jeune Afrique s’est retrouvé à terre avec son bras

droit déboité au moment de la bousculade.

 

La FIJ rejoint les

organisations de défense des journalistes notamment son affilié au Togo,

l'Union des Journalistes Indépendants du Togo (UJIT) pour appeler les forces de

l’ordre à faire preuve de professionnalisme au cours de leurs opérations de

maintien de l’ordre tout en identifiant et protégeant les journalistes lors des

manifestations publiques.

Pour

plus d'informations, veuillez contacter la FIJ au +221-33 867 95 87

La FIJ représente plus de 600.000

journalistes dans 134 pays