La FEJ solidaire des grévistes à Prisma Presse en France

(Bruxelles,

04.03.2011). La Fédération européenne des journalistes (FEJ), le groupe

européen de la Fédération internationale des journalistes,  apporte son

soutien aux grévistes du groupe Prisma Presse en France.

Le jeudi 3 mars,

300 salariés de Prisma Presse, réunis en assemblée générale à l'initiative de

l'intersyndicale CGT-SNJ-FO, ont voté pour la grève afin d'exprimer leur colère

contre les inégalités salariales et le maintien des bas salaires par la

direction.

L'intersyndicale demande :
-         

une augmentation de 150 euros pour tous
-         

la réduction des

écarts de salaires entre les hommes et les femmes
-         

la titularisation de

tous les CDD
-         

le versement d'une prime de déménagement suite à l'installation du

groupe sur un autre site, et
-         

une augmentation du tarif des piges de 10 %.

« Nous disons à la direction du groupe que leur refus

de toute concession à part des augmentations entre 40 et 70 euros est ridicule,

alors que le groupe a engrangé 30

millions d'euros de bénéfice en 2010. On ne peut pas invoquer la crise dans de

telles circonstances", selon le vice-Président de la FEJ Philippe Leruth. "Les

revendications de l'intersyndicales sont non seulement fondées, mais elles sont

surtout nécessaires: égalité hommes-femmes et luttre contre la précarité sont

des principes non négociables, en France comme dans le reste de l'Europe".

La FEJ

apporte sa totale solidarité à l'intersyndicale et aux grévistes.

Les

syndicats allemands de journalistes et de travailleurs des médias soutiennent

aussi ce mouvement et ils sont d'ores et déjà relayé les revendications auprès

de la directionde Prisma Presse en Allemagne, le groupe Gruner + Jahr.

La FEJ

représente plus de 260.000 journalistes dans 30 pays
Pour plus d'informations, veuillez contacter la FEJ au +32 2 235.2200