La FEJ alarmée par la complaisance bulgare après une attaque à la bombe contre un journal

Aujourd'hui

la Fédération européenne des journalistes (FEJ), le groupe européen de la

Fédération internationale des journalistes,  a exprimé son inquiétude devant "la

complaisance et le mépris" affichés par les autorités bulgares après un

récent attentat à la bombe contre le journal Galeria.

"Nous nous inquiétons que des médias et des

journalistes puissent être la cible d'un attentat à la bombe, mais nous sommes alarmés

par la complaisance officielle et le mépris délibéré envers les droits des

journalistes de la part des autorités suite à cette attaque", a déclaré

le Secrétaire général de la FEJ, Aidan White. "La Bulgarie connaît un grand

nombre de menaces et de pressions sur les journalistes et chaque cas doit être

enquêté correctement".

Le

10 Février à 5h30, une bombe a explosé à l'entrée des locaux du journal Galeria. Heureusement,

personne n'a été blessé. Le bâtiment et les bureaux ont été sérieusement endommagés

et deux voitures garées en face de la porte ont été complètement détruites.

Cette explosion est survenue alors que Galeria avait publié des comptes rendus

d'appels téléphoniques entre le chef de l'Agence bulgare des douanes, le

Premier ministre, le ministre des Finances et des hauts fonctionnaires bulgares

montrant que le ministère de l'Intérieur a voulu dissimuler des activités de

contrebande et assurer la protection des entreprises qui violent les lois.

L'un des rapports a permis de conclure que les

dirigeants politiques ont ordonné au chef de l'Agence des douanes d'arrêter les

inspections dans une entreprise qui produit de l'alcool illégalement. Les

bandes sonores ont été analysées par une agence indépendante en France et jugées

authentiques.

Toutefois, après

l'explosion certains représentants du gouvernement bulgare ont suggéré que les

journalistes et les propriétaires de Galeria eux-mêmes avaient «un intérêt dans cette explosion". En

plus de ce commentaire, le Président du parti majoritaire au Parlement, le GERB,

a estimé que les individus qui ont ordonné et exécuté l'attaque ne peuvent pas

être poursuivis, car "ces crimes sont difficiles à découvrir".

"Le manque de responsabilité des dirigeants

politiques après l'explosion est proprement effarant", a déclaré Aidan

White. "Cette approche soutient l'impunité pour ceux qui s'attaquent aux

journalistes. Tous les crimes et violences contre la liberté de presse doivent faire

l'objet d'enquêtes et les responsables traduits en justice. Il ne peut pas y

avoir de liberté de la presse si les journalistes vivent dans la peur".

L'Union des journalistes bulgares

a

déclaré dans un communiqué

immédiatement

après

l'attentat que "Cette dernière

attaque

contre la presse bulgare, démontre une

fois encore

que ses actions et

ses activités

sont

un

obstacle pour certaines personnes ou intérêts

de

notre société. Quelle que

soit la ligne éditoriale

d'un

média, rien ne peut justifier

l'attaque contre un

journal comme ce fut le cas de Galeria. Comme

dans

d'autres attaques contre la

liberté

d'expression, l'Union des

journalistes bulgares

condamne

fermement

ces

actes et appelle les

autorités

à

enquêter rapidement et faire la

lumière sur les circonstances entourant ce

crime".

La FEJ soutient

pleinement les journalistes en Bulgarie et ses membres, l'Union des

journalistes bulgares et l'Union des journalistes de Bulgarie-Podkrepa.

La FEJ

représente plus de 260.000 journalistes dans 30 pays
Pour plus d'informations, veuillez contacter la FEJ au +32 2 235.2200