Déclaration de Rabat sur l'audiovisuel public en Méditerranée

<CENTER>Vers un service public audiovisuel au Maroc et dans la région :

Conférence régionale sur la radiotélévision publique

Rabat, 16-17 décembre 2003


Cliquer ICI pour voir le programme de la conférence


Avec le soutien du programme Médias pour la démocratie en Méditerranée de la Commission européenne


Déclaration

</CENTER>

Des représentants d’associations et de syndicats de journalistes de la région, des professionnels des médias ainsi que des représentants de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), réunis à Rabat les 16-17 décembre dans le cadre de la campagne de la FIJ Radiotélévision publique pour tous,


Déclarent que


La création d’une société juste, pacifique et tolérante dépend de liberté d’accéder à des médias de qualité dans le respect des principes de pluralisme, de diversité et de respect des droits humains.


Le secteur public doit : informer, éduquer et divertir en se basant sur des valeurs telles que :


· Le respect de l’indépendance rédactionnelle face à la fois aux pressions économiques et politiques, aux intérêts commerciaux ainsi qu’à toute autre forme de pression

· L’équilibre et la transparence

· La responsabilité sociale telle que l’éducation, la culture, la proximité et l'environnement

· La diversité sur le lieu de travail et dans les programmes

· La responsabilité publique, la participation de tous, l’accès à tous et la suppression de la corruption dans les médias

· L’engagement pour la qualité

· La créativité

· La liberté d’association

· Le respect de l’égalité hommes-femmes et des enfants dans les médias


Les valeurs qui sous-tendent la radiotélévision publique doivent aussi s’appliquer aux médias privés ou aux médias communautaires.


Les médias de service public requièrent la reconnaissance de syndicats forts et indépendants qui garantissent le droit de travailler suivant les normes internationales de l’OIT, y compris en ce qui concerne le droit de représentation syndicale, de négociations collectives ou de grèves.


Dans cet esprit, la réunion estime que les médias ont un rôle vital à jouer et conclut que des actions urgentes sont nécessaires pour réformer les médias avec les objectifs suivants :


o Travailler dans chaque pays pour promouvoir et développer les valeurs de service public dans les médias audiovisuels en fonction des besoins de chaque pays.


o Supprimer toutes les formes de contrôle politique sur les médias de service public


o Insister sur la transparence interne en définissant les responsabilités de la direction dans les réglementations internes. Les directeurs et conseillers doivent être choisis suivant des procédures transparentes et indépendantes, et en fonction de leurs compétences.


o Créer un statut juridique et financier pour les médias publics, conformément aux conditions économiques locales et à travers des structures éthiques, transparentes et responsables. Ceci inclut une évaluation annuelle, rendue publique et débattue au sein des assemblées parlementaires.


o Garantir la création et le bon fonctionnement d’instances de régulation indépendantes incluant une représentation des journalistes et travailleurs des médias.


o Développer la participation de la société civile dans le fonctionnement des radiotélévisions publiques a travers des structures représentatives telles que des organes consultatifs pour la programmation.


o S’assurer que la restructuration, là où elle a lieu, soit effectuée après consultation des syndicats et des associations professionnelles, en fonction des lois nationales


o S’assurer de la confiance du public dans l’indépendance des médias, en établissant des mécanismes de plaintes à la fois internes ainsi que pour le public, à travers des fonctions de médiateur ou par d’autres moyens.


o Promouvoir des modèles de financement du service public qui correspondent aux conditions locales, qui garantissent un financement suffisant, sûr, protégé de l’ingérence politique et qui limitent les revenus commerciaux. Le financement ne doit pas être un moyen de contrôle politique ou économique.


o Soutenir l’autorégulation des journalistes pour garantir une meilleure indépendance rédactionnelle et des normes de confiance et de qualité à la fois dans le secteur public et le secteur privé.


o Soutenir les journalistes et autres travailleurs des médias qui entreprennent des actions pour la défense de l’indépendance rédactionnelles et les principes de service public. Entamer des actions en justice dans les pays où les lois ou les normes constitutionnelles garantissant l’existence d’un service public audiovisuel ne sont pas respectées.


o Véhiculer les besoins des différentes composantes de la société


o Développer et renforcer les syndicats de journalistes de la région, pour une pleine représentation des journalistes et des travailleurs des médias dans les prises de décisions. Le personnel des radiotélévisions de service public doit être représentatif, dépourvu de critères discriminatoires et doit avoir le droit de travailler suivant les principes de la profession en prenant part à des activités syndicales, y compris la grève et le droit de représentation syndicale suivant les normes de l’OIT.


o S’assurer que tous les employés, y compris les freelances et autres travailleurs temporaires, aient des conditions de travail conformes aux lois nationales et conformes aux normes fondamentales de l’OIT afin de garantir l’indépendance de l’information.


o Veiller à ce que les médias privés travaillent dans un cadre légal qui garantit l’indépendance rédactionnelle, la diversité de la propriété et les valeurs de service public.


o Promouvoir et soutenir l’organisation de débats nationaux sur le rôle du service public et ses réformes, ainsi que promouvoir activement les groupes ou coalitions nationales qui agissent en faveur des valeurs de service public.


La réunion salue l’adoption des Déclarations de l’UNESCO sur l’Indépendance et le pluralisme dans les médias Arabes (Sana’a, 1996), les Défis à la radiotélévision de service public en Afrique (Rabat, 2000) et Service public audiovisuel et société civile dans la région Arabe (Amman, 2002).


Nous appelons à ce que :


o La société civile soit consultée pour les questions de réformes des médias;


o Les syndicats et associations de journalistes soient pleinement engagés dans le processus de réforme;


o Le droit du travail soit pleinement respecté pour les professionnels des médias;


o Les autorités s’engagent pour le respect de ces principes.



La réunion reconnaît la responsabilité sociale et professionnelle des journalistes dans ce processus et estime qu’il faut développer les actions de prise de conscience au sein du public, la mise en place de codes de conduite et le développement du pluralisme et de la diversité.


Cette conférence définit les actions suivantes pour développer la radiotélévision publique dans la région:


1. Chaque organisation de journalistes affiliée à la FIJ va travailler dans le cadre de la campagne Radiotélévision publique pour tous pour élaborer et appliquer un plan d’action national.


2. Dans le cadre de ce plan d’action, les organisations de journalistes vont travailler avec la société civile, les groupes politiques ou tout autre groupe intéressé, pour promouvoir le soutien aux structures et aux valeurs de radiotélévision publique


3. Ces plans d’action vont s’attacher au renforcement des syndicats de journalistes dans les médias de service public.


4. Ces plans d’action vont soutenir les journalistes et les travailleurs des médias qui prennent l’initiative d’établir des normes rédactionnelles, des codes de conduite ou des propositions d’autorégulation.


5. La FIJ va travailler avec ses membres pour soutenir les actions en justice dans les pays où les lois ou les normes constitutionnelles garantissant l’existence d’un service public audiovisuel ne sont pas respectées, ainsi que pour soutenir les journalistes et autres travailleurs des médias qui entreprennent des actions pour la défense de l’indépendance rédactionnelle et les principes de service public


6. La FIJ va travailler avec ses membres pour éliminer les formes de corruption dans les médias et qui nuisent à l’intégrité et à l’indépendance des journalistes.


7. S’assurer que la concentration de la propriété des médias privés sera strictement limitée par les lois nationales afin de garantir le pluralisme.


8. Encourager les médias privés à respecter l’indépendance rédactionnelle et la diversité des opinions conformément aux valeurs de service public.


9. Les membres de la FIJ vont échanger des informations entre eux, avec la FIJ ainsi qu’avec les groupes qui soutiennent les valeurs d’indépendance et de solidarité.


Pour soutenir ces actions, la FIJ devra :


· Publier et distribuer le présent plan d’action ;


· Faciliter la mise en réseau électronique et l’échange d’information entre les personnes ou les groupes qui prennent part où qui sont associées à la campagne ;


· Faire campagne pour un soutien international auprès des organisations actives dans le domaine des médias et s’engager avec des organisations professionnelles de journalistes ou d’employés des médias.


Rabat, 17 décembre 2003


PARTICIPANTS DE:

Maroc, Algérie, Liban, Grande Bretagne, Fédération Internationale des Journalistes