Chine : La FIJ et ses affiliés français indignés par les méthodes de Pékin envers une journaliste

La FIJ et ses affiliés français SNJ, SNJ-CGT et CFDT-Journalistes sont indignés par les méthodes de Pékin contre la journaliste Ursula Gauthier, correspondante en Chine de l'hebdomadaire français L'Obs et menacée d’expulsion le 31 décembre suite au non-renouvellement de son accréditation et de son visa.

La journaliste est visée depuis un mois par une série d'attaques dans la presse officielle après la parution d’un papier article le 18 novembre dénonçant la répression chinoise au Xinjiang, une région musulmane de l'ouest du pays.

La FIJ a déjà condamné les campagnes contre la journaliste française.

Les syndicats de journalistes français (SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, membres de la FIJ/FEJ) et la FIJ apportent leur solidarité à leur consoeur.

Ils appellent les autorités chinoises à revenir sans condition sur leur décision et à renouveler l’accréditation de Mme Gauthier ainsi que son visa.

Une décision d’expulser la journaliste française sera considérée comme une grave atteinte à la liberté de la presse, au droit d’expression, à la liberté des journalistes de faire leur métier en tout lieu et circonstances.

Un an après l’attaque contre Charlie Hebdo, une décision d’expulsion de Mme Gauthier de Pékin ne pourrait qu’être un mauvais signe venant de ce grand pays qu’est la Chine.