Blog de la FIJ: disparitions de journalistes au Sri Lanka : leçons tirées

Au Sri Lanka, des dizaines d’enlèvements et de disparitions ont été orchestrés par des agences de sécurité de l’Etat.

Les disparitions forcées ou involontaires de personnes constituent une caractéristique invariable de la culture politique du Sri Lanka de ces trois dernières décennies. Le Sri Lanka se place en 2e position du classement des pays ayant le plus haut taux de disparitions non résolues signalées au Groupe de travail des disparitions forcées ou involontaires des Nations Unies.

En tant que rédacteur d’un magazine hebdomadaire en langue cingalaise de 1990 à 2000, j’ai rencontré et j’ai travaillé avec beaucoup de proches de disparus qui militaient pour la justice.

Dr. Manorani Saravanmuttu était l’une d’entre eux.

Son fils, le journaliste et animateur radio populaire Richard de Silva (32 ans), a été enlevé de chez lui sous les yeux de sa mère le 18 février 1990. L’escadron de la mort voulait le faire disparaître et s’est débarrassé du corps en le jetant dans la mer, espérant que le courant ferait disparaître toutes les traces. Pourtant, son corps, torturé et marqué de blessures par balle, s’est échoué sur la rive après 48 heures. La mère de la victime, le Dr. Manorani Saravanmuttu, a pris en charge l’affaire de l’enlèvement de son fils et a parcouru le pays et le monde pour demander que justice soit rendue. Depuis, Richard est devenu le symbole du combat contre les enlèvements et les disparitions au Sri Lanka.

Lire l’entièreté de l’article en anglais ici


Le 16 novembre, la FIJ Asie-Pacifique a lancé Without A Trace: Missing Media Workers in the Asia Pacific, faisant état de l’affaire de 10 journalistes disparus en Asie-Pacifique. La FIJ Asie-Pacifique a aussi lancé une pétition demandant au gouvernement de signer et ratifier la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

Sunanda Deshapriya est un journaliste sri-lankais qui a vécu en exil durant le gouvernement de Rajapaksa. Il est retourné au Sri Lanka en 2015.


 Pour de plus amples informations, veuillez contacter la FIJ Asie-Pacifique au +61 2 9333 0946 

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 139 pays

Retrouvez la FIJ Asie-Pacifique sur Twitter et Facebook