" Soyez professionnels et respectez le droit international ", tel est le message de la FIJ pour la couverture des prisonniers de guerre en Irak

La Fédération Internationale des Journalistes a mis en garde aujourd’hui les médias et les journalistes sur les possibles infractions au droit international lors des reportages sur les prisonniers de guerre.


“Les deux camps de cette guerre sont liés par les règles de droit international définies par la convention de Genève, qui prohibe les traitements humiliants et dégradants des prisonniers”, déclare la FIJ. “Il est vital que le travail des médias ne contribue pas à la violation du droit international par un camp ou par un autre”.


La FIJ déclare que les médias sont soumis à la pression d’une forte concurrence dans la couverture de la guerre. Cette situation peut nuire à l’éthique de la profession et porter atteinte aux personnes et conduire, en particulier, au non-respect des normes légales humanitaires.


“Les rédacteurs et les journalistes sont conscients que l’un des dangers du reportage en direct est qu’il laisse peu de place à la relecture pour assurer la qualité et la confiance”, a déclaré la FIJ. “Une fois de plus, nous appelons les journalistes et les médias à être professionnels et à ne pas s’autoriser des comportements de propagande”.


“La critique envers l’Irak est pleinement justifiée,” a déclaré la FIJ, “mais ce sujet concerne les deux camps en présence, donc y compris les Américains et les Britanniques pour la façon dont les prisonniers irakiens sont apparus à la télévision .”


“Le traitement de l’information est de la responsabilité des médias et les journalistes doivent être libres de décider comment ils travaillent, mais nous espérons qu’ils vont respecter des normes professionnelles élevées. Les gouvernements et les dirigeants militaires ne devraient pas essayer de manipuler les médias à leur avantage, en particulier lorsque cela constitue une infraction au droit international.”


Plus d’information: + 32 2 235 22 00

La FIJ représente plus de 500 000 journalistes dans plus de 100 pays