La FIJ préoccupée par la sécurité physique d’un journaliste emprisonné au Mali

 

 

La Fédération

internationale des journalistes (FIJ) a aujourd'hui déclaré être très préoccupée

par la sécurité physique d’un journaliste emprisonné depuis plus de deux

semaines au Mali. Le journaliste Boukary Daou, directeur de publication du

quotidien "Le Républicain", arrêté le 6 mars 2013,  a été placé sous mandat de dépôt, transféré

à la prison civile de Bamako le lundi 18 mars et accusé de diffusion de fausse

nouvelle et d'incitation à la désobéissance après la publication d'une lettre ouverte mettant en cause le capitaine Amadou Sanogo. Son procès aura lieu le 16 avril

prochain.

 

 

« Nous

sommes très préoccupés par la sécurité physique de Boukary Daou. Nous avons pu documenter des cas d’agressions et d’enlèvements de journalistes où des éléments de la junte ont été les auteurs jusque-là impunis. Nous demandons la libération du

journaliste qui n’a fait que son travail et apportons notre soutien à toutes

les actions entreprises pour exiger la libération de Boukary Daou », a

déclaré Gabriel Baglo, directeur pour l’Afrique de la Fédération internationale

des journalistes. 

 

 Selon le président de la Maison de la Presse,

un partenaire de la FIJ au Mali, une assemblée générale organisée le mardi 19

mars 2013 a décidé du boycott jusqu'à nouvel ordre de la couverture des

activités du gouvernement  pour protester

contre l'inculpation de Daou.

 

La FIJ estime

que l'arrivée des putschistes a entrainé une grave détérioration de la liberté

de presse au Mali. Plusieurs journalistes y ont été victimes d'intimidations et

d'attaques injustifiées. Ces agressions sont restées impunies, et les victimes

en traînent toujours les séquelles. « L'entêtement des autorités risque de

ralentir le processus de paix au Mali. Ce pays n'a pas besoin de bras de fer

entre les médias et le pouvoir. Nous demandons encore une fois aux autorités du

Mali de faire privilégier le dialogue », a conclu Baglo.

 

Pour plus

d'information, veuillez contacter la FIJ au : + 221 33 867 95 86

La FIJ

représente plus de 600.000 journalistes dans 134 pays du monde