La FIJ déplore de lourdes pertes dues à la violence, après la mort de 97 journalistes et personnel des médias en 2010

Les journalistes et le personnel des médias représentent

toujours les cibles privilégiées des politiciens extrémistes, des criminels et

des terroristes, selon la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ). La

FIJ lance cette mise en garde aujourd'hui en publiant la liste des journalistes

et personnels des médias tués en 2010, qui fait état d'au moins 94 collègues tués,

victimes de meurtres, attaques à la bombe ou pris entre les feux des

belligérants. Trois journalistes ont également perdu la vie dans des accidents

cette année.

La liste de la FIJ est publiée deux jours

après les révélations faites par les autorités policières en Suède et Danemark relatives

aux deux attentats potentiellement mortels mais déjoués visant le journal

danois Jyllens Posten, qui avaitprovoqué des manifestations à travers

le monde suite à la publication des dessins représentant le Prophète Muhammed.

Ailleurs dans le monde, la FIJ place le

Pakistan à la tête de la liste des zones les plus dangereuses pour les journalistes

en 2010, avant le Mexique, le Honduras et l'Iraq

« La mort de presque 100 journalistes  constitue une lourde perte, qui devrait forcer

les gouvernements dans le monde à œuvrer pour une meilleure protection des

journalistes », a déclaré le Président de la FIJ, Jim Boumelha. « Le

nombre de meurtres et autres incidents liés à des conflits qui ont coûté la vie

 aux journalistes et personnels des

médias dans le monde entier cette année démontre clairement les risques

associés à la pratique du journalisme actuellement ».

La liste des journalistes tués, publiée par

la FIJ en collaboration avec l'International News Safety Institute (INSI),

dénombre 94 journalistes et personnels des médias tués en 2010, ce qui

représente une baisse si l'on considère les 139 journalistes tués en 2009. De

plus, trois journalistes ont été tués lors des accidents.

Selon la FIJ, la plupart des journalistes ont

été victimes de violences engendrées par les guerres contre les milices menées

au Pakistan ou contre les cartels de la drogue au Mexique et les troubles

politiques au Honduras. Dans ces pays et dans d'autres tels que la Somalie, les

Philippines et l'Iraq, le pouvoir des auteurs d'actes de violence et le fait

que les gouvernements ne protègent pas les journalistes créent un climat de

persécution et de désespoir.

« Les menaces contre les journalistes

existent partout et, une fois de plus, l'ombre de l'impunité envahit le monde

du journalisme », a déclaré le Secrétaire Général de la FIJ, Aidan White.

« Les gouvernements doivent agir maintenant et poursuivre les tueurs afin

de sécuriser le journalisme, pas seulement pour les gens qui travaillent dans

ce secteur mais aussi pour la démocratie elle-même ».

Le 31 décembre, la FIJ publie l'information suivante

sur les journalistes et personnels des médias morts en 2010 :

Meurtres et autres cas d'homicides        : 94

Morts accidentelles                                    :

3

Total des morts                                            :

97

Pour la troisième année consécutive, l'Asie

Pacifique a été la région la plus meurtrière en 2010 avec 38 journalistes et

personnels des médias tués. Le Pakistan totalise à lui seul 15 morts. Chaque région

a été affectée, même l'Europe où le responsable des services de sécurité danois

a annoncé ce mercredi 29 décembre l'arrestation de cinq suspects dans le cadre

de la tentative d'attaque contre un journal danois. L'attaque déjouée a été

décrite comme étant de « style Mumbai », en référence à l'assaut mené

en 2008 par un groupe d'hommes armés dans la ville de Mumbai, en Inde, qui avait

fait 163 victimes.

 

Les pays où le plus grand nombre de

journalistes et de personnels des médias ont été tués sont :

Le Mexique 

                                                :

10                                                   

Le Honduras                                               :

10

L'Iraq  

                                                          : 6

Les Philippines                                           :

5

En 2009, les Philippines, le Mexique, le Pakistan

et la Russie avait été identifiés commes  les pays les plus dangereux dans le monde. 

Le rapport complet de la FIJ sur les

journalistes et les personnels des médias tués en 2010 sera publié à la mi-janvier 2011.

 

La liste des journalistes et personel des médias tués en 2010 est disponible ici

 

Pour des renseignements

supplémentaires, merci de contacter la FIJ

Jim Boumelha, Président

                          :

+44 1865723450
Aidan White, Secrétaire général         

      : +32 478258669
Ernest Sagaga, Responsable des Droits de l'Homme et de la Communication

  : +32 2 235 22 07/+32 477 71 40 29

La FIJ représente plus de 600.000

journalistes dans 125 pays du monde.