La FIJ demande la libération immédiate du journaliste belge détenu en Egypte

La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) et son

groupe européen, la Fédération européenne des journalistes (FEJ) ont appelé aujourd'hui

à la libération immédiate du journaliste belge Maurice Sarfatti, travaillant

également sous le nom de Serge Dumont, qui a été arrêté au Caire par les forces

de sécurité puis emmené dans une installation militaire non identifiée. M.

Sarfatti est un correspondant de plusieurs journaux

européens tels que le quotidien belge Le Soir, Le Temps de Genève

et de La Voix du Nord en France. Accusé d'espionnage, il a été arrêté alors

qu'il couvrait une manifestation des partisans du président Moubarak.

"Ces accusations d'espionnage sont absurdes et ne

font que prouver le caractère arbitraire de l'arrestation de notre collègue», a

déclaré Jim Boumelha, président de la FIJ. "Maurice est un journaliste de

bonne foi qui couvrait la crise en Egypte comme beaucoup d'autres journalistes.

Nous exhortons les autorités à le libérer immédiatement et à mettre fin à la

violence contre les médias".

Des sources de presse rapportent que M. Sarfatti a été

arrêté par des agents de sécurité en civil dans le quartier de Choubra, au centre

du Caire, puis il a été passé à tabac sous le prétexte qu'il serait un partisan

du chef de l'opposition égyptienne, Mohammed Al Baradei. Il a été emmené dans un établissement militaire où il

a été accusé d'espionnage et a été averti qu'il serait remis aux services de

renseignement, selon ses collègues belges qui ont réussi à le joindre sur son

téléphone portable.

La FIJ rappelle que M. Dumont est la dernière victime de

la violence brutale de la police égyptienne et des forces de sécurité après les

attaques perpétrées la semaine dernière contre des professionnels des médias,

en particulier les journalistes d'Al-Jazeera et de France 2.

"Nous avons des

preuves manifestes que la police tente d'intimider les médias par la violence

dans le but de supprimer une information indépendante dans la crise

égyptienne", a ajouté M. Boumelha. " Nous dénonçons ces tactiques

désespérées et nous tenons les autorités pour responsables de la sécurité et du

bien-être de M.Sarfatti". 

Pour plus

d'informations, veuillez contacter la FIJ au + 32 2 235 22 07

La FIJ représente plus de

600.000 membres dans 125 pays