La FIJ appelle à une enquête sur le meurtre d’une journaliste ougandaise


La Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) a appelé aujourd'hui le gouvernement ougandais à enquêter sur le meurtre de la journaliste Rebecca Wilbrod Kasujja.


« Nous condamnons cette attaque choquante sur Rebecca, qui souligne le danger auquel les journalistes sont confrontés en Afrique, » a dit Gabriel Baglo, Directeur du Bureau Afrique de la FIJ. « Nous demandons aux autorités de diligenter une enquête et traduire ses agresseurs en justice. »


Kasujja, 32 ans, a été violée et tuée par des inconnus dimanche matin, alors qu’elle était en chemin pour le travail à Buwama FM, une station de radio communautaire, à environ 62 km au sud de Kampala.


« Cet incident révèle une fois encore les dangers auxquels sont confrontés les journalistes qui travaillent à des heures particulières », a dit Michael Wakabi, le Président du Syndicat des Journalistes Ougandais. « Les femmes journalistes, qui constituent l’essentiel des présentateurs des informations, sont particulièrement vulnérables, comme cela a été démontré par ce dernier incident. »


Selon des informations, les habitants du village ont découvert son corps dans un buisson à proximité et ont signalé l'incident au poste de police de Buwama. La raison de son meurtre reste inconnue, mais certains de ses confrères journalistes estiment qu’il est lié à son travail journalistique.


Pour plus d’informations, merci de contacter le + 221 33 842 01 43

La FIJ représente plus de 600 000 journalistes dans 120 pays dans le monde