La FEJ soutient les journalistes en grève dans le service public audiovisuel portugais

La Fédération européenne des journalistes a apporté aujourd’hui son soutien aux grévistes de la radio-télévision publique portugaise (RTP). La grève a été déclenchée par trois syndicats du secteur des médias face à l’intransigeance dont fait preuve le conseil d’administration de l’entreprise qui refuse de poursuivre le dialogue sur un projet de convention collective. Selon le Sindicato dos Jornalistas, membre portugais de la FEJ, la nouvelle proposition est inacceptable pour les salariés et les syndicats.


« Les journalistes de toute l’Europe soutiennent nos confrères portugais dans leur lutte légitime pour leurs adhérents et les conditions de travail dans le secteur public audiovisuel », a dit le président de la FEJ, Arne König. « Il est essentiel pour la défense du service public audiovisuel que les employeurs de ce secteur se comportent de façon responsable et n’agissent pas à l’encontre de l’intérêt des médias de service public ».


La grève a été décidée lors d’une assemblée générale au siège de l’entreprise, à Lisbonne, à l’appel de trois syndicats : le Sindicato dos Jornalistas (SJ), le Sindicato dos Trabalhadores de Telecomunicaçõ Audiovisual (STT), et le Sindicato Nacional dos Trabalhadores das Telecomunicações e Audiovisual (SINTTAV).


Les syndicats s’inquiètent de plusieurs questions essentielles figurant dans le projet de convention collective, telles que le délai d’application de la grille salariale, les droits d’auteur, les définitions de fonctions, le repos hebdomadaire et les congés maladie.


La direction de la RTP cherche à accroître la flexibilité et la polyvalence des journalistes en introduisant de nouvelles règles concernant le temps de travail et les mutations qui ne sont pas acceptables pour les syndicats. Le Conseil d’administration envisage également d’introduire des dispositions sur les promotions marquées par l’opacité et de modifier d’une façon non précisée le système de couverture sociale.


En outre, le Conseil d’administration a interrompu les négociations avec les trois syndicats à présent en grève sous le prétexte qu’ « ils sont une minorité » parmi les 13 syndicats avec lesquels la direction négocie, alors qu’en réalité, ces trois syndicats sont les plus représentatifs parmi les salariés de la RTP.


"Cette attitude n'est pas acceptable", a dit Arne König. "Partout en Europe, les syndicats négocient des accords collectifs et la direction ne peut pas exclure un syndicat de journaliste ou un autre syndicat du processus de négociations. Nous insistons pour que la direction rouvre les négociations, notamment parce que les diffuseurs publics devraient garantir le respect des droits sociaux et de la qualité dans les médias".


Les syndicats de journalistes européens peuvent adresser leurs messages de soutien à leurs confrères portugais:


Fédération européenne des journalistes : efj@ifj.org

Sindicato dos Jornalistas : sinjor@mail.telepac.pt


Plus d’information: + 32 2 235 22 15

La FIJ représente plus de 500 000 journalistes dans plus de 110 pays