Roumanie: la FEJ défend le journalisme comme bien public pour combattre la crise

La Roumanie, comme d'autres

pays d'Europe de l'Est, doit adopter une nouvelle ligne éthique et morale pour soutenir

le journalisme comme un bien public, déclare la Fédération Européenne des

Journalistes, qui termine aujourd'hui une mission de deux jours à Bucarest.

La mission a rencontré les dirigeants des journalistes, des décideurs politiques ainsi que les responsables des médias publics financés par l'Etat - radiotélévision et agence de

presse. La

mission a également rencontré 50 journalistes et activistes œuvrant dans le secteur des médias ce matin.

Aidan White, Secrétaire Général de la FEJ, estime que la crise des médias

en Roumanie exige une nouvelle vision du rôle du journalisme dans la société.

«Il est temps de mettre fin à toute forme de manipulation politique, de soutenir

une nouvelle vision du journalisme éthique et moral et d'améliorer d'urgence

les conditions sociales et professionnelles dans lesquelles travaillent les

journalistes", a-t-il dit. "C'est la bonne façon de faire face à la crise

économique et sociale à laquelle est confrontée la société roumaine".

Il a décrit un certain nombre de questions urgentes qui demandent que

l'on agisse rapidement, dont:
· Le sous-financement important des médias de service public,
· L'amélioration des salaires et des conditions de travail pour le

personnel de rédaction,
· L'amélioration du statut des journalistes comme professionnels

indépendants, et non comme fonctionnaires.

La mission a soutenu le syndicat MediaSind, qui a récemment réussi à négocier

une nouvelle convention collective pour les journalistes qui comprend une

clause de conscience, mais combat également des tentatives au niveau du gouvernement

de supprimer les droits de négociation des travailleurs dans tous les secteurs

de l'économie.

"Les tentatives pour supprimer les médias de masse de la scène des

relations sociales diminuera encore davantage le statut du journalisme",

a déclaré Cristi Godinac, Président de MediaSind, "nous lutterons contre ce

projet de loi devant la Cour constitutionnelle et auprès des institutions

européennes si nécessaire".

La mission a également mis en évidence la campagne visant à retirer de la stratégie de sécurité nationale, une politique gouvernementale qui identifie les médias

comme une « menace » potentielle pour les autorités de Roumanie. La FEJ et les

membres du Parlement européen travaillent ensemble pour que cette stratégie soit abandonnée.

"La crise en Roumanie est le reflet des attaques sur le journalisme

indépendant dans l'ensemble de la région», a déclaré M. White. "En

Hongrie, en Bulgarie et ailleurs, nous voyons comment l'action politique érode

la confiance du public dans le journalisme. Nous devons lancer une contre-campagne

qui met le journalisme éthique, indépendant, au cœur de la lutte pour la

démocratie. "

Faisaient également partie de la mission le co-directeur de la FEJ, Marc Gruber,

et Moshos Voitsidis, Président du Syndicat des journalistes de Macédoine et de

Thrace. Un rapport complet, comprenant des recommandations pour soutenir les

journalistes en Roumanie, sera publié plus tard ce mois-ci.

La FEJ représente plus de 260.000

journalistes dans 30 pays
Pour plus d'informations, veuillez

contacter la FEJ au +32 2 235.2200