Pour la FIJ, les médias sont confrontés à des choix difficiles sur la couverture de l'Irak après l'enlèvement d'une journaliste

Giuliana Sgrena - © Il ManifestoPour la FIJ, les médias sont confrontés à des choix difficiles sur la couverture de l’Irak après l’enlèvement d’une journaliste italienne


Le récent enlèvement d’une journaliste italienne en Irak, la deuxième victime issue du monde des médias en l’espace de quelques semaines, force à nouveau les médias à effectuer des « choix difficiles » quant à la manière de couvrir le pays, selon la Fédération internationale des journalistes.


« Les entreprises de presse sont confrontées à des choix difficiles. Ils doivent s’assurer que leurs salariés ne sont pas mis en danger », a indiqué Aidan White, le secrétaire général de la FIJ. « Mais ils ne peuvent ignorer l’actualité. Le journalisme ne doit pas être intimidé ».


La FIJ estime que la transition du pays vers la démocratie manque de toute crédibilité à l’heure où des terroristes et des bandits s’en prennent aux journalistes. Giuliana Sgrena a été enlevée vers 14 heures près d’une mosquée sunnite dans le quartier d’Al Jadriya, près de l’université de Bagdad. Elle était en voiture avec son interprète, en route pour interviewer un groupe de réfugiés de Falloujah.


Elle était en pleine conversation avec un confrère italien sur son téléphone portable lorsque des hommes armés, à bord d’un minibus, on tiré sur sa voiture, la forçant à s’arrêter. Ils se sont enfuis avec Sgrena mais ont laissé son fixeur (dont l’identité n’a pas été révélée). Aucun groupe n’a jusqu’à présent revendiqué la responsabilité. Le ministre italien de l’Intérieur Giuseppe Pisanu a affirmé qu’elle pourrait avoir été enlevée par un groupe sunnite.


Sa capture, qui fait suite à celle de Florence Aubenas, grand reporter au quotidien français Libération et qui a disparu le 5 janvier avec son interprète Hussein Hamoun al-Saadi, suscite des inquiétudes quant à une nouvelle vague d’attaques contre les journalistes et collaborateurs des médias. « Nous avons déjà perdu notre confrère italien Enzo Baldoni dans des circonstances horribles », a rappelé White. « Nous devons faire tout notre possible pour que cela ne se répète pas ».


Baldoni, âgé de 56 ans, était un reporter pour l’hebdomadaire milanais Diario et travaillait bénévolement pour la Croix-Rouge en Irak, a indiqué mercredi sa fille, Gabriella Baldoni. « Il cherchait à sauver des vies humaines à Najaf en aidant un convoi de la Croix-Rouge dans un esprit de solidarité qui a toujours marqué sa pensé et ses actions », a-t-elle dit à la télévision publique italienne.


La FIJ travaille avec son adhérente italienne, la Federazione Nazionale della Stampa Italiana (FNSI) , pour éveiller l’attention et assurer la libération de notre consœur Giuliana Sgrena saine et sauve. Une manifestation aura lieu demain à Rome à 18 heures devant la mairie de Rome afin de protester contre la capture de Sgrena.


Plus d’information: + 32 2 235 22 07

La FIJ représente plus de 500 000 journalistes dans plus de 110 pays