Newsletter: Irak : deux reporters de la télévision tués par balles

Le journaliste, Saif Tallal, et son caméraman, Hassan al-Anbaki, tous deux travaillant pour la chaîne de télévision Sharqiya, ont été tués par balles le 12 janvier par des milices armées près de Bakouba, la capitale de la province irakienne de Diyala.

La FIJ se rallie à la condamnation de ces assassinats par son organisation affiliée, le Syndicat irakien des journalistes (IJS), qui réclame l’ouverture immédiate d’une enquête.

Tallal et al-Anbaki ont été tués alors qu’ils rentraient d’un reportage relatif à l’attaque d’une mosquée dans la région de Muqdadiyah.

Un membre du personnel de Sharqiya, une chaîne de télévision sunnite connue pour son opposition au gouvernement central, a déclaré à la presse que Tallal et al-Anbaki se trouvaient sur le chemin du retour de Bakouba lorsque des hommes masqués ont arrêté leur véhicule dans le village d’Abu Saida, leur ont ordonné d’en descendre et les ont exécutés.

« Le Syndicat irakien des journalistes condamne fermement ce crime qui cible des journalistes dans l’exercice rigoureux et objectif de leur profession et de leur rôle public, » a déclaré le syndicat.

La FIJ accorde tout son soutien à son affilié en Irak, pays considéré comme l’un des plus dangereux pour les journalistes dans le monde.

« Nous présentons nos condoléances aux collègues et familles de Saif Tallal et d’Hassan al-Anbaki, et en appelons aux autorités pour qu’une enquête soit diligentée et que soient traduits en justice les auteurs de ce crime, » a réitéré le président de la FIJ, Jim Boumelha. « Nous sommes aux côtés de nos collègues irakiens en ces temps difficiles et soutenons inconditionnellement le droit d’informer et de travailler sans crainte. »

Saif Tallal et Hassan al-Anbaki sont les premières victimes de 2016 dans les rangs des médias. L’année dernière, 10 journalistes ont été tués en Irak, selon les statistiques de la FIJ.