Mission de la FIJ au Niger - décembre 2003

A l’occasion de l’atelier de « formation des formateurs sur les techniques de négociations et le rôle des syndicats » organisé pour un échange d’expérience syndicale entre le SAINFO et le SYNPICS, le coordinateur général du bureau Afrique de la FIJ a menée une mission auprès des organisations des médias au Niger du 01 au 05 décembre 2003.


1-L’atelier de Niamey


L’atelier de Niamey a eu lieu les 02 et 03 décembre 2003. Une vingtaine de membres du bureau exécutif du SAINFO ont pris part à cette rencontre animé par Alpha Sall, secrétaire général du Synpics, Abdoul Aziz Bathily membre fondateur du Synpics, Calixte Assogba, ancien secraire général du Sainfo et Khalifa Yacouba, actuel secrétaire général du Sainfo.


Les échanges et discussions ont porté sur l’élaboration des revendications et les techniques de négociations syndicales. Ce fut un véritable échange d’expérience : les encadreurs du Synpics ont surtout retracé le parcours de leur syndicat à travers les différentes négociations qui ont eu lieu depuis sa création, notamment l’élaborations des revendications et les techniques de négociations.


A l’issue de la rencontre les membres participants du bureau exécutifs du Sainfo entendent soumettre très prochainement un projet de convention collective.


2-L’état de la presse


On compte plusieurs journaux, des radios et télévisions privées au Niger. A côté des médias privés on compte les médias de service public notamment l’Agence Nationale de Presse (ANP), l’Office Nationale des Edition et de Presse (ONEP) qui édite le quotidien Le Sahel, l’Office de Radio et Télévision du Niger (ORTN). Les agents travaillants dans ces organes aussi bien privés que publics sont soucieux de l’adoption par le patronat de statuts clairs définissant de meilleures conditions de travail.


Les lois sur la presse ont connu beaucoup de changements depuis les années 1990 avec le processus de démocratisation, mais sont restées répressives. La dépénalisation des délits de presse reste un combat quotidien pour les organisations des professionnels des médias dont le Sainfo. Les taxes imposées aux propriétaires des médias indépendants constituent des entraves que les éditeurs de presse écrite et les promoteurs de radios et télévisions privées continuent de dénoncer mais en vain.


Les relations entre la presse indépendante et le gouvernement restent très inamicales. Les membres du gouvernement usent de tous les subterfuges de l’arsenal juridique national pour condamner les journalistes à des peines de prison des qu’ils sont mis en cause par la presse. Au moment où se déroulait cette mission le directeur de publication du quotidien le Républicain Abou Mamane était incarcéré dans une prison à 50 kilomètres de la capitale Niamey où nous avions rendu visite. Il était accusé d’avoir publié un article diffamatoire contre le premier ministre.